L’innovation sociale en 1976 dans la revue « Autrement »

En 1976, la toute jeune revue Autrement, créée dans le sillage de l’utopie autogestionnaire de Mai 68 reformulée dans une « économie alternative » ancêtre de l’économie solidaire, consacre un dossier aux « Innovations sociales: pour une révolution du quotidien? ». La thématique, qui vient d’être reconnue dans la loi relative à l’économie sociale et solidaire votée le 21 juillet dernier, est donc ancienne et mérite comme revienne à ses sources.

Henry Dougier présente le dossier dans un édito intitulé: « Craquements », signe des brèches ouvertes par l’évènement Mai 68 et des espoirs encore vifs dans la galaxie alternative. Alors que l’antitotalitarisme bat son plein, il témoigne aussi de la « phobie d’État » – pour parler comme Foucault – de ces initiatives venues d’en bas et renoue avec la tradition libertaire du socialisme associationniste du XIXème siècle.

Voici le texte:

« Multiples sont les voies du changement social, inégale leur efficacité. Détruire les institutions, les codes, les hiérarchies pour les remplacer aussitôt par leur ombre? On a déjà vu ce que ça donnait: une nouvelle « religion », de nouveaux notables, de nouveaux mots d’ordre. Les révolutionnaires vieillissent mal.
Confier à l’État libéral avancé ou socialiste scientifique, le soin de « faire » le changement et de le programmer? On sait déjà que le pouvoir bouleverse peu le fond des choses, déteste le désordre, le marginal, le spontané. Les technocrates, eux, vieillissent bien.

Jouer, à l’intérieur du système social sur une multitude de craquements dans les aspirations, les désirs, la perception des besoins, les projets individuels… Voilà une approche du changement social qui semble mieux correspondre à la sensibilité d’aujourd’hui. Sensibilité diffuse dans tout le corps social, et pas seulement chez les jeunes. Refus de l’enfermement dans le militantisme avec ses idéologies, dans le jeu politique avec ses « programmes » et sa récupération permanente, dans les appareils et les rites institutionnels. Désirs de fuite, de désertion mais aussi désir d’alternative, d’action directe, de détournement du quotidien.

Ne pas se battre pour une Cause – on est vite floué -, ne pas heurter de front un système pesant – on est vite intégré ou laminé -, mais se mettre en travers du cours normal des choses, détourner de quelques degrés le fonctionnement des machines sociales (pratiques médicales, vie de quartier, animation culturelle…), expérimenter de nouveaux modes de vie et de nouvelles formes d’action collective, permettant à chacun de se prendre en charge: cette utopie ou plutôt cette réalité (que la politique est encore incapable de comprendre), nous la retrouvons partout à la base, chez les marginaux bien sûr, mais aussi de plus en plus dans tous les milieux. Un bouillonnement de groupes, d’initiatives locales. Une soif de communication, de « relations ».

Cette réalité, peu visible pour qui ne regarde pas le microsocial, nous l’avons abordée en trois volets: un examen de cette nouvelle sensibilité et de son contexte; la description d’expériences ponctuelles, différentes dans leur finalité et leurs acteurs (rôle plus ou moins important du public, des institutions intermédiaires, de l’État); une réflexion sur l’innovation sociale avec des hommes tels que J. Attali, J-M. Belorgey, P-H. Chombart de Lauwe, F. Guattari, S. Moscovici et des historiens.

Un numéro très différent des précédents, plus rapide et plus concret, qui veut rompre le rythme des dossiers Autrement et refléter simplement notre désir de participer au changement social, en faisant connaître ces expérimentations, ces « subversions » minuscules, en province et à l’étranger, et en provoquant des ondes de choc. Ce qui compte, ce n’est pas seulement la réussite de ces expériences, c’est le fait qu’elles existent et renaissent sans cesse. »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jacques Le Priol dit :

    bonjour Thimothée

    sais-tu où j peux trouver (en consultation) cet ouvrage ?

    merci par avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *