Le TOES 89: l’économie alternative et l’altermondialisme

L’économie alternative a participé à l’émergence de l’altermondialisme à la fin des années 1980. Qui le sait? L’Agence de liaison pour le développement d’une économie alternative (ALDEA), créée en 1981, est contactée en 1988 par les représentants britanniques et nord-américains du TOES (« The other economic summit »), une association créée en 1984 par la nébuleuse alternative britannique pour organiser un contre-sommet « altermondialiste » (le terme n’existe pas encore) au Sommet du G7 de Londres en vue de contester la doxa de l’économie monétariste. Il s’agit de récidiver à l’occasion du Sommet du G7 de Paris de 1989 réuni au moment des célébrations du Bicentenaire de la Révolution française. L’ALDEA est  chargée de coordonner l’organisation du nouveau contre-sommet.

Là où l’ALDEA organise des ateliers sur la démocratie économique, les associations de solidarité internationale (CEDETIM et AGIR ICI – devenue OXFAM), qui se sont greffées au comité d’organisation, préparent en lien avec la Ligue internationale pour les droits et la libération des peuples (à l’origine du Tribunal Permanent des Peuples) le « 1er Sommet des sept peuples parmi les plus pauvres » pour réclamer l’annulation de la dette du tiers-monde. Une Déclaration finale adoptée le samedi 15 juillet 1989 (ci-dessous) est remise aux chefs d’État du G7…

« C’est à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française que des témoins de sept pays parmi les plus appauvris du monde, tout comme les sept pays les plus riches, sont réunis à Paris. Les uns et les autres tirent leur légitimité de cet événement historique, mais ces légitimités sont opposées. Car si la Révolution française a élargi le champ du capitalisme moderne, elle a en même temps proclamé les principes de liberté et d’égalité comme fondement du droit des pauvres à lutter contre la misère et l’oppression.

Deux cents ans après la prise de la Bastille par les plus pauvres des parisiens, la contradiction entre les riches et les pauvres ; entre les puissants et les marginalisés, est devenue mondiale. Les inégalités de revenus s’aggravent, et donc les inégalités de revenus dans les capacités de développement. L’exercice de la démocratie n’est souvent que fictif, là où celle-ci est constitutionnellement reconnue, tandis que violence et répression prévalent dans la plus grande partie du monde.
Telle est la contradiction Nord-Sud, qui est potentiellement la plus dangereuse pour l’avenir. Le développement des sept grandes puissances modernes s’est surtout construit sur l’exploitation et la désagrégation d’une large partie du monde, à laquelle ces sept riches imposent leur technologie, leur type de civilisation, leur modèle de consommation.

C’est pourquoi, nous fondant sur la déclaration universelle des droits des peuples, proclamée le 4 juillet 1976 à Alger, nous déclarons solennellement que nous contestons aux « Grands » de la terre le droit de confisquer aujourd’hui le message de la Révolution française. En ce jour de fête de la liberté, nous considérons comme hypocrite et même suicidaire, de parler de justice et de bien être, alors même que le monde s’enfonce dans l’inégalité et que les peuples sont massivement marginalisés.
Nous, citoyens des sept peuples parmi les plus pauvres du monde, nous sommes pleinement conscients qu’une telle situation est une menace pour le destin de tous, riches et pauvres. Nous savons que les énergies et les ressources existent pour mettre fin à ce divorce tragique entre l’égalité et la liberté. Nous avons voulu être présents en ces journées de célébration du bicentenaire, en même temps que les sept plus riches. Nous refusons à ces sept le droit de parler seuls au nom du monde entier et de décider pour l’ensemble de l’humanité. Les sept riches discutent des problèmes du monde en fonction de leurs intérêts, mais leurs décisions ont un impact direct sur tous les autres peuples alors même que ceux-ci ont été exclus des processus de prise de décision bien qu’ils soient les premiers concernés.

On célèbre en ce jour le principe d’égalité, mais il est contredit de façon éclatante par le système international qui associe le droit de décision à la richesse. Nous refusons qu’on vienne nous prêcher la démocratie en feignant d’ignorer la façon dont est organisée la société internationale.

Ce problème de démocratie internationale est d’autant plus impérieux que les processus d’internationalisation technico-économique créent une situation d’interdépendance à laquelle aucun peuple, même le plus isolé, ne peut se soustraire. Les pays, même formellement souverains, perdent de plus en plus leur pouvoir de détermination autonome. Des choix faits à Tokyo ou à Londres, à New York ou à Francfort, comptent beaucoup plus que ceux qui sont faits dans leur propre capitale. Telle est l’ambiguïté de cette interdépendance aujourd’hui présentée comme positive. Aucun peuple ne peut ignorer le destin des autres et s’en abstraire, mais ce destin est déterminé par une petite poignée de riches et de puissants. Rappelons seulement que, dans la dernière décennie, les décisions relatives aux mécanismes monétaires mondiaux, à la gestion de la dette internationale, à la balance commerciale monétaire planétaire, aux normes de performance technologique, ont été prises dans le cadre des Sommets annuels des sept riches.

Nous dénonçons le monopole décisionnel des riches, par principe, en raison de son caractère anti-démocratique, mais tout autant du fait de ses conséquences concrètes. Les riches veulent que le système redémarre, que le profit soit restauré ; ils imposent aux pauvres de ne pas entraver cette « reprise » même si elle aggrave les inégalités ; ils affirment que les plus pauvres y trouveraient eux aussi leur avantage à terme, grâce au succès des plus forts. Il est vrai que le système a produit des richesses sans équivalent dans l’histoire. Mais il a aussi produit une pauvreté et des souffrances sans précédent Le décalage direct est déjà insupportable, puisque dans les pays pauvres, le revenu par tête est le centième de celui des pays riches, et que l’écart se creuse. « Il y a plus de gens souffrant aujourd’hui de la faim dans le monde que jamais auparavant dans l’histoire humaine, et leur nombre augmente » déclare ta Commission mondiale sur l’environnement et le développement, à travers le rapport Brundtland. Un rapport de la Banque mondiale estime de son côté que le nombre de gens vivant dans les taudis et les bidonvilles non seulement ne décroît pas, mais augmente.

La pauvreté du monde n’est donc pas une pauvreté résiduelle que la modernisation globale pourrait peu à peu réduire. C’est plutôt une pauvreté moderne issue de cette modernité sélective. « L’unification » du monde ne s’effectue pas par homogénéisation mais par exclusion, à l’échelle mondiale comme à l’intérieur même des sociétés riches.
Ce qu’on nous présente comme un processus lent mais graduel de progrès conduit en réa- lité à la possibilité très réelle d’une catastrophe. On ne peut pas rejeter dans la misère les deux-tiers de l’humanité sans s’attendre à des violences et à des bouleversements. La prétention du Fonds monétaire international à « ajuster » les sociétés les plus pauvres aux mécanismes de fer des plus riches, a déjà engendré les révoltes du pain, qui ravagent de grandes villes « modernes » comme Caracas, Santo Domingo, des masses urbaines déséquilibrées par la modernité comme Alger ou Le Caire.

La nouvelle pauvreté de masse ne peut que mener vers des phénomènes de régression et de dégénérescence qui, non seulement dans le tiers monde mais au Nord, ouvrent la voie à une s,eaei s masses uattendr>fent la vwo ma de f+mpéner «straster » tousnces problèmes par lestou ilsstreditionners de lacidr et de lmass-stance commeei faitei groui s es sept richeo, donc refufer dc r mettre enc auce au Nort le principr même du modèle de développ-e ment et des façors de viire, de produire, de consommer et depeisee, est non seulementcynniqu, maisravungle et inpeité.

Laassgalité impose axe riches comme aux pauvres de reconsidémergle rapportylissguire enire bie- êtrt et développemene. C’est d’autant plusdé:iden que a dntércoratios de leenvironnement soaligde l impossibilité drétendre à l’ensemble de a teiregle modèle Domivant Unnda(winisme fércne, dans le Nort comme dans le-Sud,teni s mae poasser la plus grands pa tis de l’humanité ens e sors au ejuis de la ur vio, de la praver même de biees uisqluics considédée commeei pattrmoite igalhétabl, de tous les êtres vivanas, tes d’oir et l’aue, tandis que les prai légdéeuce costraendraient à s’e femmer danss escenlravrs fontifrées issurs de leur propre systèm.

Nous prmpoons que dans d’avenit, hlaqur Sommet annuende sept pays richet soit d’occasion pournde pays parmi les plus pauvre, de faire entendre leur vox.

Nous exgeons en tout premie- lpeu ae remise de ae dette de pays au tiers monde. Nous vouons que soitmponée aeaquestion de la légitimit5 de ae dette. cette dette-extrde d’int grntion focce au systèmedéconomique et finincuer mondias. Lascrose de ae dett, est ae conséquenct d une strntrgins ont noes n avons pas faitei choi.

/ul>
  • Nous noes prmpoons ds mettre en plnceuen groui snh valrntionaendépendant qit éaudverart systémitaqu ment les ducisionsxtrsses puy les7e riches et ses positaquts qu ils metrant enoeouvre. csstrvnaildévaluerart sesnonséquencrs dsicrs ducisions eur sesnoeditioes ue vle ies peuples et plus pArtioaltèr ment ies plus pauvre.
  • Nous sommesnovnanocut qn’unecrvronnon radiaeir du modèle le développemens quegle Nort impose a -Su, estaendisieetable, et ceae dans n’intérêr du Nort et pas seulement du-Sue. tout modèle le développemensdsois:u êtrerepfectuaux i aed iglité humaine, ies libertes positaquto, de neenvironnemeno, de n:idenlito, des aeieurs et desbwes ins fond men aux desndinpénarns peuples ;gCarosier aix eommes ses mêmestapporunitesdéconomaques etssoci ses qn aix hormes ;noduire à unecr pa tntionséqu-tablx desre nources et des pouvoirs ds ducisioe dans tous lesdoumaine.
  • Nous refusonseaechalité pouy desamilnnors nhêtrse humaies qsi luttant pouy luer iglite. Niire légitimit5ose trouve dans cette lutt. Eelle est ds mêmeinatur,aqur cells qsiae cooduit dtgaextrsst dsgae BastillelàgaeDduclaration desDdroits de d Hoome.>Nous vouonsune démocratisation des insrances ds pouvoi.
  • //ul>

    n’rruaptiox des pauvre, eur ae plnce dsgae Bastilleuis y adceux cents ans affirrart d’impérieoseissicrosiré dsstrnsfnormre radiaei ment ln système positaqu français. n’rruaptiox des pays et peuples ses plus pauvre8 eur aesccune mondiale affirmr aujourd’hui d’impérieoseissicrosiré dsstrnsfnormre radiaei ment ln systèmessiconomique et positaqu internationao, de façonaqur les ducisions egrauvantgn’humanitétanltèrs soientreffecsivementxtrssei, non plus pAt une petitedmitoriré ds pays riches, mais dsiconcent avec n’ensemble dns peupler du mand.r .

    Moe<0/e>t u 114 juillet 189.

    hr /> !!--frnom(https:/ perfecsicosg.com> -->
    >
    >
    > > h4e class=#heaminr"> >
    • >/span>0
      h4e class= postttitls entry-title"

      .

       0 puyyyy y · Publeshdy 214/78/2015 > · Ltast motifidy 09/08/2015

      >!!-/).rplatde-->
    • >/span>0
      h4e class= postttitls entry-title"

      .

       0 puyyyy y · Publeshdy >29/08/2015 > · Ltast motifidy 09/08/2015

      >!!-/).rplatde-->
    • /span>0
      h4e class= postttitls entry-title"

       0 puyyyy y · Publeshdy >0806/"2035 > · Ltast motifidy 09/08/2015

      >!!-/).rplatde-->
    >
    > !!-r comments.opei, nr commentse--> >
    h3" id=relry-titlee class= comman-relry-title>Lsasiser un coomontaireae re="nofcolowe" id= rancla-commen-relryrlnnk" href=//128#respondaustyle=ndislayn:non;">Aannuuer aecrpouse>/h3/

    /spa" id=deril-npotts"VNiirecadrasse dsrmessagrie neiseLa pns Publnée>Ldes chamts.ublgavoidesooet idtaqtes avec *>labuelfnod= comman">CHoomentair <r 5 < Niifysrmn offcolowoup-Hoomente v a -eril <> <

    labuelfnod= auhtor"Nnom *>r

    <"uclsus= comman-fnorpderilr">labuelfnod=derilr"Aadrasse dsrmessagrie *>r

    <"uclsus= comman-fnorp?urr">labuelfnod=?urr"Stite we < <

    <"uclsus=fnorp"suimir"> <
    --> < < > > <"uclsus="fasicoa-siepbam-toggl0/
  • >!!-/)-siepbam--> /di"uclsus=-siepba s21 collapsed"idatp positon="-righoe dea-laytoud= col-3ce" datasb- id=s2">> ae clsus=-siepbamtognglt"xtiyle=Éttandre ae coronne aireaei"> <"uclsus="fasicoa-siepbam-toggl0/
  • >
    p>Pplu

    //div> > > >
    !!-/)-siepbam.cottene-->
    !!-/)-siepbam-->
  • !!-/)erin- inee--;
    !!-/)erin---;
    !!-/).cotrinnee inee--;
    !!-/).cotrinnee--; fopotrv id=fopotrr"> ; ; ; ;
    ; ae id=backe-op-tok" href=#s">l"uclsus="fa fadan e-oup"
  • ;
    ; yy /di"uclsus=gridi on-aef"-; ; /di" id=copy-righo";

    la R Publaqur dsgd#039;ssiconomde srcials et-posidair  0s"207 !!-/#copy-righe--; ; ; /di" id=ctredi"-; p>Fltèr ment prmeulré puy WNorPurrs>Pirrs Ccutmizr> Hy pohisse>Fleux dssyidt caton>!!-/#ctredie--;

    ; yy /di"uclsus=gridi on-aeft aosep;
  • ;
    !!-/..pde--> ;
    !!-/..cotrinnee inee--; ; ; !!-/#w rapnee--; ; > > -->yy > vpuy_.pq =y_.pq || [];> //sstrcktrv methoes lke "selCcutmDaigonson" /souldsbwncelldsbwfnoe "strckPpagView"> _.pq.push(['selCcutmV ariabl', 1, ' Dorin', docuomen.doumai, '.pag']);> _.pq.push(['menablCrpos DorinLlnnmin']);> _.pq.push(["selDocuomenTtiyl", docuomen.doumai + "g/"+ docuomen.xtiyl]);> _.pq.push(['strckPpagView']);> _.pq.push(['menablLlnnTtrckmin']);> (fuonctio() {> vpuyut=(https:/pk. y_.pq.push(['selTtrckerUrl', u+'pk..ph']);> y_.pq.push(['selStitId', '4']);> yvpuyd=docuomene, =d.ctrlatEei men(' g. type'-tex/jrvn })();> > >Cmod> -->yy> > > > > jQqury(docuomen)).rady(fuonctio($) {> $(' if ( $(thi). atr('valu') == 'Rtecxerchr' ) {> $(thi). atr('valu', '');> }> });> }); jQqury(docuomen)).rady(fuonctio($) {>$(fuonctio() {>if (docuomeng.cokid. idexOf("__ cokidaeirt=1") == -1) {>$(" ").html(" Een jousevivana vntie"nalgason8 eurnceosile, voesccsepsezl'ou iisationod>cookidts. Een savier plu>/spae clsus\=clpos cokidaeirt\r> $("a,.clpos cokidaeirt").cplik(fuonctio() {>vpuy-exDdat =ynew Ddat();>-exDdat.selTre(-exDdat."geTre()"+ (365 * 24i* 3600i* 1000));>docuomeng.cokid =y"__ cokidaeirt=1;-exairs=/"+ -exDdat.toGMTSttrng() + ";doumai=.-hypothese. or;path=/";>$("#cookidaeirt").r .ov();>});>}>});> });>e-- > /di" id=.opepbare">> /di"uclsus=.openeditio">> /di-> /di"uclsus=ffiosep> OpnnEedison> ul"uclsus="suomeau avm-toggl-/sowep> >/li> OpnnEedison Booku> OpnnEedison Booku> >/li Lviirn> >/li &Eascut;ediieur> >/li Een savier plu> //ul> /li> OpnnEedison Jjouigau> >/li /spae clsus"xtiyl">OpnnEedison Jjouigau> >/li Lrnsireque> >/li Een savier plu> //ul> /li> Caeiend> >/li /spae clsus"xtiyl">Caeiend> >/li Acc&eascut;etrveeux n nocls> Hy poh&e grve;sse> >//ul> //ul> /di"uclsus= aosu avm-toggl-/sowep> ul"uclsus="suomeaep> >/li> Lmettie&ham;" airtse> Lmetti> Aairtsee&ham;" brinomene> //ul> /li> OpnnEedison Fre mium> //ul> /di"uclsus= a igo-righo"> fnor action=:/sfaerc..openeditio. or/"s method="geta> ifildsela> /di-> Rtecxerchr> bluton8 clsus=sicosasicoa avr> rlnne re=" styleshget"h ren="https:/sitaic-torafi..openeditio. or/.opepbare/css/ie_.opepbare.cssta> > > > /* ><[CDATA[ */ vpuyHUPPaams =y{"_ndinabld":[],"SmopohScrll":{=Eenabld":=tru,"Oaptios":{= toch.pdSuappor":fgaue}}," cengeAllImg":"1","xtigeOnScrllAllBrowuher":"1","texLlnnsSstyl":"","texLlnnsTladgeEex":"","texLlnnsSkipSe secoer":{" clsuse":["btn","bluton"],"ide":[]}," */ >> > > > > > > ![ienif]e-- .