L’utopie et la pratique – Henri Desroche

Henri Desroche (1914-1994), le théoricien de la coopération et de l’économie sociale, propose en 1976 dans son Projet coopératif une réflexion sur le rapport dialectique entre l’utopie et la pratique, l’utopie dans la pratique, l’utopie de la pratique ou la pratique à partir de l’utopie:

Si « le poulain sauvage a été domestiqué au point de devenir parfois simple cheval de trait […] le champ coopératif se déroule, faste ou néfaste, comme un des seuls champs où ausculter la praticabilité de l’utopie sociale. […] Le projet coopératif émerge comme une expérimentation géante où la ferveur de l’utopie se trouve passée au crible des rigueurs d’une pratique économique et culturelle quotidienne. […] Le projet s’use, se patine, se polit, s’arrondit, s’assagit, s’émousse à se frotter aux réalités. On dit qu’il « s’acculture », et cette acculturation est traversée parfois par les soubresauts d’une « contre-acculturation ». […] Il y a toujours quelque chose de poignant dans le corps à corps d’une utopie et de sa pratique ; de poignant et de fabuleux, comme ces bas-reliefs mexicains que j’admirais jadis à Teotihuacan où se présente et se représente interminablement l’image du serpent à plumes. Des plumes, donc des ailes, donc il s’envole et il vole. Un serpent, donc il rampe, rabotant et caressant la terre mère de toute la longueur de son corps. L’utopie est ailée. La pratique est rampante. Il faut s’y résigner, notre poulain n’est pas un Pégase, même si sa reptation s’aide de ces moignons, organes témoins des ailes d’autrefois ou d’ailleurs ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *