L’économie sociale de Chateaubriand

La première occurrence de l’économie sociale est tirée d’un texte de Chateaubriand, le roman Atala publié en 1802, récit de Chactas sur ses aventures dans le nouveau monde et notamment sa rencontre avec le père Aubry qui décrit « le triomphe du christianisme sur la vie sauvage ». Voici l’extrait concerné:

« Je voulus savoir du saint ermite comment il gouvernait ses enfants ; il me répondit avec une grande complaisance : « Je ne leur ai donné aucune loi ; je leur ai seulement enseigné à s’aimer, à prier Dieu et à espérer une meilleure vie : toutes les lois du monde sont là-dedans. Vous voyez au milieu du village une cabane plus grande que les autres : elle sert de chapelle dans la saison des pluies. On s’y assemble soir et matin pour louer le Seigneur, et quand je suis absent, c’est un vieillard qui fait la prière, car la vieillesse est, comme la maternité, une espèce de sacerdoce. Ensuite on va travailler dans les champs, et si les propriétés sont divisées, afin que chacun puisse apprendre l’économie sociale, les moissons sont déposées dans des greniers communs, pour maintenir la charité fraternelle. Quatre vieillards distribuent avec égalité le produit du labour. Ajoutez à cela des cérémonies religieuses, beaucoup de cantiques ; la croix où j’ai célébré les mystères, l’ormeau sous lequel je prêche dans les bons jours, nos tombeaux tout près de nos champs de blé, nos fleuves, où je plonge les petits enfants et les saints Jean de cette nouvelle Béthanie, vous aurez une idée, complète de ce royaume de Jésus-Christ. » »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *