La gauche radicale en Europe – lectures

Le phénomène de la gauche radicale est issu d’une métamorphose des gauches après l’effondrement du bloc de l’Est, pour sauver une gauche de transformation sociale dans un contexte post-communiste, post-marxiste et anti-totalitaire.

Des ouvrages de plus en plus nombreux permettent de la saisir dans l’ensemble de ses dimensions. En voici deux, qui l’abordent sous l’angle de l’histoire, de la science politique et des discours.

Jean-Numa Ducange, Philippe Marnière et Louis Weber, La gauche radicale en Europe, Bellecombe-en-Bauges, Ed. du Croquant, 2013, 124p.

2048x1536-fit_gauche-radicale-europe

Le rapport de déconstruction entretenu entre la gauche radicale et sa filiation communiste, pour survivre à la fin du socialisme « réel » sous d’autres formes, en donne le sens politique.

Extraits :

« Les gauches radicales européennes proviennent principalement de trois sources: les partis communistes « officiels » jadis liés au « mouvement communiste international » proche de l’URSS, l’extrême gauche (dissidente des précédents, trotskiste, maoïste…) et les nouvelles gauches « extra-parlementaires » (parfois à l’origine des mouvements écologistes), enfin les ailes gauches et parfois les scissions des partis socialistes ou sociaux-démocrates. » (p.50)

« Ce qui a fondamentalement changé, c’est que les partis communistes ne sont plus un groupe de référence (positif ou négatif) au sein de la gauche. Ils ne sont plus qu’une composante de cette gauche nouvelle (communisme, socialisme, partis rouges-verts, trotskisme, maoïsme, sociaux-démocrates « de gauche » en rupture de ban, etc.). En résume, les partis communistes ont cessé d’être le « marqueur » de la gauche, même s’ils y occupent toujours une place prépondérante ».  (…) Si la matrice de la nouvelle gauche radicale est communiste, il s’agit cependant d’un communisme profondément relooké selon un processus « complexe ». » (p.95-98)

Irène Pereira, Les grammaires de la contestation: un guide de la gauche radicale, Paris, La découverte, 2010, 225p.

widget

La fertilisation croisée des références idéologiques de la gauche radicale explique en quoi réside l’innovation de sa proposition théorique.

Extraits:

La grammaire républicaine: « Un certain nombre d’organisations de la gauche radicale s’appuient sur la notion de citoyen. (…) La notion de citoyenneté renvoie ici à ce qu’on appelle en philosophie politique une conception « républicaniste » de la liberté politique dans la tradition de l’humanisme civique néo-athénien: la liberté est conçue comme la participation à la vie politique de la cité. De ce fait, la notion de démocratie participative constitue un élément de cette grammaire. (…) De plus, la notion de citoyen renvoie à une conception politique qui suppose une unité de l’humanité disposant de droits communs. (…) La grammaire républicaine de la gauche radicale implique, du point de vue économique, une république qui soit sociale, mais pas socialiste au sens strict du terme. (…) Il ne s’agit pas tant de remettre en cause le capitalisme et la propriété privée que de s’opposer aux politiques économiques libérales. Deux moyens sont préconisés: la défense de l’intervention de l’État dans l’économie et des services publiques étatiques d’une part, la promotion de l’économie sociale et solidaire d’autre part. » (p.12-15)

La grammaire socialiste: « Elle ne s’appuie pas sur les notions d’humanité ou de citoyen, mais sur celles de travailleur, de prolétaire ou d’ouvrier. Il s’agit, au sens strict d’une grammaire classiste et non pas humaniste. L’humanisme ou l’universalisme est l’objectif, mais il s’agit de prendre comme point de départ la division de la société en classes sociales dont les intérêts sont inconciliables. (…) La révolution doit remettre en cause la propriété privée des moyens de production. La collectivisation des moyens de production est une autre caractéristique de la grammaire socialiste. Cette grammaire socialiste se subdivise en deux sous-grammaires principales. La première est léniniste: elle se réfère à la lecture de Marx faite par Lénine. Cette sous-grammaire englobe plusieurs courants: stalinien, trotskiste, maoïste… Le second courant se réfère à une grammaire socialiste fédéraliste, et non jacobine, qui prône l’autonomie du prolétariat vis-à-vis de toute représentation politique. Il s’agit du courant syndicaliste d’action directe. » (p.16-17)

La grammaire nietzschéenne: « La grammaire nietzschéenne, au sein de la gauche radicale, se caractérise par plusieurs traits qui se traduisent par la reprise de thématiques postmodernes. Elle est caractérisée, par exemple, par la déconstruction de la notion de sujet et la mise au premier plan des minorités. L’humanité – en tant que sujet politique de la modernité et des Lumières – ou le prolétariat – en tant que sujet politique du socialiste – sont déconstruits. (…) D’autres forces collectives – les femmes, les minorités « racisées » ou sexuelles » – sont mises en avant. (…) La grammaire nietzschéenne déconstruit la croyance dans le grand récit de l’émancipation universelle de l’humanité. Il ne s’agit plus de croire possible une transformation globale et définitive de la société, mais seulement de mettre en place des micro-réalisations, de libérer des espaces éphémères. (…) Elle tend à mettre en cause les principes de la morale majoritaire et met en avant l’expérimentation de nouveaux modes de vie. » (p.20-21)

 

Pour compléter la bibliographie, il est possible notamment de se tourner vers :

Fabien Conord, Les gauches européennes au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2012, 272p.

– Philippe Raynaud, L’extrême gauche plurielle: entre démocratie radicale et révolution, Paris, Perrin, 2010, 270p.

– Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, 2000, 336p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *