« Nous sommes une génération résiliente » – Libération 25.09.15

811436-dscf3211Les rencontres de l’entrepreneuriat social à Bordeaux – Troisième soirée de débat: « L’entrepreneuriat social : un modèle pour les jeunes? »

Avoir un bon salaire et une belle maison n’est plus une priorité, aujourd’hui les jeunes veulent avant tout un travail qui donne du sens à leur vie.

Il paraît que l’entrepreneuriat social a la cote dans les écoles de commerce. Les étudiants espèrent assouvir des ambitions souvent difficilement conciliables : faire fructifier une activité, tout en servant le bien commun. Une poignée d’acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), réunis à l’occasion des Rencontres de l’entrepreneuriat social de Bordeaux, se sont penchés sur les ressorts de cet engouement. «Les jeunes entrepreneurs sociaux bousculent notre façon de voir le monde, il faut qu’on s’adapte à ces nouveaux porteurs de projets», constate Marc Christiaen, directeur du centre d’affaires entreprise et du pôle innovation de BNP Paribas Bordeaux. La façon de travailler des aînés ne fait plus vraiment rêver. Le salaire d’accord, la maison aussi, mais les jeunes souhaitent aller plus loin. Ils attendent des rémunérations symboliques. «Ils se posent la question du sens, abonde Thimothée Duverger, docteur en histoire contemporaine et spécialiste de l’ESS. Leurs initiatives sont militantes, politiques au sens classique du terme. Ils se demandent comment améliorer la société.»

Retrouvez d’autres articles en relation avec les thématiques des Rencontres de l’entrepreneuriat social de Bordeaux

L’entrepreneuriat social ne date pas d’hier et cette appétence nouvelle pour le domaine semble fusionner avec les évolutions technologiques : réseaux sociaux, applis et sites de partage… Le numérique et le social se marient plutôt bien. «Il y a dans le numérique une prédisposition à l’horizontalité, justifie Thimothée Duverger. Et face à des sociétés qui n’ont plus le sens du progrès, la génération Y cherche à relever le défi.» A l’aise, les jeunes entrepreneurs exposent leurs projets sur les réseaux sociaux et lèvent des fonds sur les plates-formes de financement participatif. Pas mal. Mais pas suffisant. Ils ont aussi besoin d’accompagnement, de formation. Après quatre années passées dans la grande distribution, Elise Depecker a créé sa propre structure de soutien aux inititiatives sociales et solidaires, l’association Territoires et innovations sociales (ATIS). Elle constate que l’entrepreneuriat social est un champ en expansion dans lequel «l’emploi existe, il augmente – il y en a même plus qu’ailleurs». Les opportunités sont là. La difficulté réside surtout dans le passage à l’acte. Sauter le pas. Couvée par le hangar de l’espace Darwin Eco-Système bordelais, l’assistance semble passionnée par le sujet. Elle ose une salve de questions, qui résonnent comme autant d’inquiétudes concrètes. Où trouver les fonds ? A qui s’adresser ? Peut-on seulement en vivre ? Les volontaires sont en quête de boussoles, voire d’exemples.

Jules Rivet, 24 ans, a fondé la Recharge, la première épicerie sans emballages jetables de Bordeaux. «On a choisi quelque chose de compliqué mais c’est passionnant, rassure-t-il. J’ai construit le métier que j’avais envie de faire.» Pour monter cette épicerie de quartier originale, il a fallu trouver des fonds et des prêts, solliciter les banques, les institutions, sonder les poches des proches, dénicher un lieu, l’aménager et rouler, rouler… Le week-end, l’entrepreneur continue de gratter le bitume pour rencontrer des producteurs. «C’est vraiment dur de pouvoir vivre les premiers mois, de financer son quotidien», confesse ce diplômé de l’Université de Bordeaux. Mais aujourd’hui, ça marche. Son parcours n’inspire pas seulement les jeunes. Après tout, il y a aussi des cadres, des retraités qui se tournent vers l’entrepreneuriat social. «De 7 à 77 ans, on voit tous qu’il y a des choses à changer, le système s’est enfoncé dans une telle stupidité, dénonce un homme dans le public. Nous sommes une génération résiliente, qui a envie de bonheur». Le mot est lâché.

 

Guillaume Pajot

 

http://www.liberation.fr/evenements-libe/2015/09/25/nous-sommes-une-generation-resiliente-qui-a-envie-de-bonheur_1390644


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *