« J’ai bâti le métier que j’avais envie de faire » – Libération 26.09.15

11218615_10153640777104770_7938587990822812069_nA Bordeaux, deux jours durant, les invités du forum «Libération» ont planché sur le secteur de l’économie sociale et solidaire, qui pèse 10% du PIB en France.

L’endroit ressemble à un plateau de cinéma en montage. Décor rudimentaire, spots, palettes. L’espace Darwin Eco-Système de Bordeaux est une ancienne caserne, un groupe de hangars en bordure de Garonne qui hébergent un café bio, un skatepark et des canapés dépareillés mous comme des oreillers. On pourrait aisément y tourner le nouveau Larry Clark ou un Lars von Trier. Pendant trois jours, sous l’égide de Libération et BNP Paribas, ce lieu étonnant a accueilli les Rencontres de l’entrepreneuriat social, un mouvement qui cherche à concilier l’a priori inconciliable, soit dynamisme économique et intérêt général, et qui pèse tout de même 10 % du PIB français. Le secteur est mutant, en pleine effervescence. Airbnb et Uber Pop déchaînent les passions tandis qu’on s’excite sur le lexique, tendance anglo-saxon : do-it-yourself, crowdfunding, fab lab… Ces nouveautés, pas seulement sémantiques, cachent une rénovation de toute l’économie sociale et solidaire (ESS). Mais à la fin, c’est parfois le mot «social» qui trinque.

Les invités des Rencontres ont disséqué, sans angélisme, les évolutions à l’œuvre. Il y avait d’abord de quoi se réjouir. Indéniablement, les nouveaux entrepreneurs sociaux carburent à l’inventivité, au collaboratif. En témoigne l’Usine IO, un atelier parisien qui met toute sorte de machines à la disposition des créateurs. On y croise du monde et des profils variés, explique Gary Cige, le cofondateur, et cela va du retraité idéaliste «à la personne qui veut tester de nouveaux sextoys».

Chevalier blanc.Les pratiques changent, les opportunités aussi. «Il y a cent ans, les associations n’avaient aucune chance d’atteindre le niveau national sans argent préalable, assure Ismaël Le Mouël, cofondateur d’HelloAsso, une plateforme de collecte dédiée aux associations. Aujourd’hui, même une petite ONG a la possibilité de mobiliser à grande échelle.»

Finalement, le social et le numérique, «les Bisounours et les barbares» dixit Frédéric Bardeau, ne sont pas des mondes aussi éloignés qu’on aurait pu le penser. «Il y a un truc libertaire dans le numérique, extrêmement ESS, presque de l’ordre du communisme», s’enflamme même le cofondateur de Simplon.co, une école qui forme des jeunes des quartiers populaires aux nouvelles technologies.

Ça, c’est le versant positif de l’histoire, l’entrepreneuriat social comme chevalier blanc de l’économie mondiale, monté sur son destrier numérique. «Le numérique n’est qu’un outil pour fédérer, décupler l’impact de nos actions», relativise Jean-Marc Gancille, l’un des fondateurs de l’espace Darwin bordelais. Le récit contemporain tend à flatter l’innovation technologique, passant le social à la trappe. «L’idéologie de la Silicon Valley et des Gafa [Google, Apple, Facebook, Amazon, ndlr] a pris le pas sur le Web, regrette Ismaël Le Mouël. Des millions de gens sont sur Facebook alors qu’il existe des réseaux solidaires où il n’y a personne…» Pour l’économiste Yann Moulier-Boutang, cette société du partage est comparable à la découverte «d’un nouveau continent» avec ses pionniers et ses prédateurs qui se disputent le terrain. Pendant que les meilleures gâchettes raflent la mise, nombre de chercheurs d’or sondent encore la rivière. Ils composent une génération d’«intermittents du travail» motivés mais précaires. «Mon grand-père a eu le même boulot pendant quarante ans, ma mère en a changé tous les dix ans et moi j’en ai dix par jour, dit Marc-Arthur Gauthey, cofondateur du think tank Ouishare. Je ne sais pas où ça va, je bosse à gauche, à droite… Le jour où je n’ai plus de clients, plus de projets, c’est le gouffre.» Au nom du share, du care et du saint profit, c’est aussi la protection sociale qui saute.

Le constat ne douche pas l’assistance, souvent jeune, qui se verrait bien elle aussi débarquer en terre promise. Au bout de leur longue-vue, un avenir professionnel socialement utile, harassant mais heureux. «Les jeunes entrepreneurs sociaux se posent la question du sens, renchérit Timothée Duverger, docteur en histoire contemporaine. Leurs initiatives sont militantes, politiques au sens classique du terme. Ils se demandent comment améliorer la société.»

Bitume.Mais même avec des convictions solidement arrimées, l’avis de tempête n’est jamais loin. Jules Rivet, 24 ans, raconte les difficultés pour mettre à flot sa Recharge, la première épicerie sans emballages jetables de Bordeaux. Il a fallu trouver des fonds, des prêts, solliciter des banques et des institutions, sonder les poches des proches, dénicher un lieu, l’aménager, et puis rouler, rouler… «C’est vraiment dur de pouvoir vivre les premiers mois, de financer son quotidien», lâche le cofondateur de la Recharge. Les questions pleuvent néanmoins dans le public. Où trouver l’argent ? Comment démarrer ? Qui peut aider ? Jules Rivet a l’air ravi. Il comprend. «J’ai construit le métier que j’avais envie de faire», dit-il. Et ils veulent faire pareil.

Par Guillaume Pajot Envoyé spécial à Bordeaux

http://www.liberation.fr/evenements-libe/2015/09/25/j-ai-bati-le-metier-que-j-avais-envie-de-faire_1390879


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *