La République coopérative de Charles Gide

Charles Gide (1847-1932), né à Uzès, issu d’une petite bourgeoisie protestante, obtient en 1872 son doctorat de droit avec une thèse portant sur « Le droit des associations en matière religieuse », avant son agrégation et une chaire à Bordeaux deux ans plus tard où il s’oriente vers l’économie politique. En 1880, il part pour Montpellier où il enseigne jusqu’en 1898, puis il est élu à la chaire d’économie sociale de la faculté de droit de Paris jusqu’à sa retraite en 1919 et achève sa carrière en 1930 au Collège de France où il est titulaire d’une chaire de la coopération créée pour lui par les coopératives de consommation. C’est à partir de 1886 qu’il s’est rapproché de l’École de Nîmes, devenant le grand théoricien de la coopération. Il en a établi le programme de transformation de la société en 3 étapes à l’occasion de son discours inaugural du 4ème Congrès coopératif à Paris en 1889, dont voici un extrait:

« Dans l’évolution sociale la nature ne se passe pas de notre concours, et il faut l’aider si nous voulons qu’elle nous aide. On peut donc bien penser que ce n’est pas en restant isolées, incohérentes, et intérieurement en état anarchique, que nos petites associations coopératives pourront suffire à ce grand œuvre de défense sociale et lutter efficacement contre les grandes associations capitalistes. Il faut faire un plan de campagne: ou plutôt, il n’y a pas à le faire, il est tout indiqué.

Se réunir entre elles, faire masse, prélever sur leurs bénéfices le plus possible pour fonder de grands magasins de gros et opérer les achats sur grande échelle – voilà la première étape;

Continuer à constituer, par des prélèvements sur les bénéfices, des capitaux considérables et avec ces capitaux se mettre à l’œuvre pour produire directement et pour leur propre compte tout ce qui est nécessaire à leurs besoins, en créant boulangeries, meuneries, manufactures de draps et de vêtements confectionnés, fabriques de chaussures, de chapeaux, de savon, de biscuits, de papier – voilà la seconde étape;

Enfin, dans un avenir plus ou moins éloigné, acquérir des domaines et des fermes et produire directement sur leurs terres le blé, le vin, l’huile, la viande, le lait, le beurre, les volailles, les œufs, les légumes, les fruits, les fleurs, qui constituent la base de toute consommation, – voilà la dernière étape.

Ou, pour tout résumer en trois mots, dans une première étape victorieuse, faire la conquête de l’industrie commerciale, dans une seconde, celle de l’industrie manufacturière, dans une troisième enfin, celle de l’industrie agricole – tel doit être le programme de la coopération pour tout pays. Il est d’une simplicité héroïque et j’ai la conviction qu’un jour ou l’autre, en dépit même de nos faiblesses et de nos doutes, il finira par se réaliser. »


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Intéressant…..Mais pour moi le capitalisme,société violente et inégalitaire n’est pas l’avenir de l’humanité. Le communisme reste à inventer…

  1. 26/04/2015

    […] que l’on peut retrouver en France dans le concept de « République coopérative » promu par Charles GIDE, éclate dans son fracas mortuaire, la seconde guerre mondiale…( septembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *