Les transformations institutionnelles de l’économie sociale et solidaire en France des années 1960 à nos jours – Interventions économiques

Article paru dans la revue d’économie politique québécoise « Interventions économiques » en mars 2016.

arton774

Le tournant du XXe siècle marque l’apogée de l’économie sociale avec l’Exposition universelle qui accueille en 1900 à Paris plus de 5 000 exposants au Palais de l’économie sociale.1 Après un XIXe siècle orienté par la loi Le Chapelier, l’économie sociale bénéficie d’une inflexion de la culture politique française vers un « jacobinisme amendé ».2 Pierre Rosanvallon relève l’articulation entre le monopole de l’intérêt général et le pluralisme social : « La dissociation du social et du politique est au cœur du modèle républicain réformé tel qu’il se met en place dans les années 1880-1914. Ce modèle a pour caractéristique de lier la fidélité politique à l’héritage de la culture politique révolutionnaire avec […] une certaine place aux corps intermédiaires dans la régulation économique et sociale ».3

Cette reconfiguration induit néanmoins une différenciation fonctionnelle des organisations sociales dans une pluralité de statuts, pour éviter la tentation d’une immixtion dans le champ politique et la formation de contre-pouvoirs à la définition de l’intérêt général par l’État.4 Le morcellement de l’association générale en plusieurs sous-ensembles – syndicats, coopératives, mutuelles et associations – a pour effet l’éclipse du mot économie sociale. Le trait continu reliant les organisations sociales étant rompu, l’économie sociale est désormais en « pointillés », fragmentée entre plusieurs familles prisonnières d’un effet silo et transformées en auxiliaires de l’action publique. En tout ce sont quatre décennies pendant lesquelles l’histoire de l’économie sociale s’arrête, même si persiste sa tradition académique.5 Les histoires coopératives, mutualistes et associatives continuent, mais sans liens entre elles.6 Il n’y a plus d’économie sociale pour soi. Il n’y a plus qu’une économie sociale en soi, inconsciente d’elle-même parce que n’existant qu’à l’état latent.

La coïncidence entre l’éclatement de l’économie sociale en plusieurs statuts et la disparition du mot désignant l’ensemble n’a rien de fortuit. C’est le concept d’émergence, signifiant que « le tout est plus que la somme des parties »,7qui en donne la clé de compréhension. L’économie sociale n’est pas la simple addition de ses composantes. Une alchimie particulière se produit : l’acte d’institution. Poser la question de l’institution revient à poser celle du politique, entendu comme la mise en forme de la coexistence humaine.8 Le problème9est donc celui de la création qui survient dans le passage de l’économie sociale en soi vers l’économie sociale pour soi : comment l’économie sociale et solidaire s’institue-t-elle ? Son exploration commence en France, où l’économie sociale réapparaît dans les années 1970 à l’occasion d’une reconfiguration des rapports entre l’État, le marché et la société civile. Elle se complexifie avec l’éclosion de formes nouvelles d’économie sociale, comme l’économie alternative dans les années 1980, l’économie solidaire dans les années 1990 et l’entrepreneuriat social dans les années 2010.10 Elle s’étend dès la fin des années 1980 à l’aire internationale, la mise en place du Marché unique en Europe devenant son nouvel horizon.

À l’intersection de l’économique, du social et du politique, les trajectoires de l’économie sociale se mêlent à celles du capitalisme, auquel elle s’adapte. Trois cycles se dégagent, marqués par trois évènements structurants à l’origine de nouveaux arrangements institutionnels. L’irruption sociale de Mai 68 constitue une première bifurcation, conduisant à un rééquilibrage entre l’État et la société civile, qui ouvre un espace à la résurgence de l’économie sociale. La deuxième phase s’amorce en 1989 avec l’effondrement du bloc soviétique, qui a pour corollaire le triomphe du marché et l’européanisation de l’économie sociale. Enfin, la crise du capitalisme financier de 2008 accélère les mutations de l’économie sociale et solidaire. Ces trois périodes s’accompagnent de renégociations entre l’économie sociale historique et l’économie sociale émergente, qui prend successivement la forme de l’économie alternative, de l’économie solidaire et de l’entrepreneuriat social.

La suite de l’article sur le site de la revue : https://interventionseconomiques.revues.org/2711

Le livre sur l’histoire de l’économie sociale et solidaire le 22 avril en librairie, en pré-commande ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *