Jean Jaurès, apôtre de la coopération : l’économie sociale, une économie socialiste?

jauresLa loi relative à l’économie sociale et solidaire, portée par le socialiste Benoît Hamon, a été promulguée le 31 juillet 2014, comme pour commémorer les 100 ans de l’assassinat de Jean Jaurès.

Cette coïncidence n’est pas dépourvue de sens. Le socialisme et la coopération ont une origine commune. C’est l’utopiste gallois Robert Owen qui est le père de ces deux mots frères. Il invente en 1817 un plan de « Villages d’Unité et de Coopération Mutuelle »,[1] puis use du mot socialisme dans sa correspondance en 1822.[2]

La pensée socialiste doit également beaucoup à Louis Blanc, qui le premier théorise les rapports entre l’État et l’associationnisme en 1839 dans L’organisation du travail. Il y propose la création d’ateliers sociaux, impulsés par l’État qui en assurerait l’encadrement initial avant leur autonomisation et veillerait à leur développement en favorisant les solidarités internes au mouvement pour générer un secteur coopératif.[3] À la tête de la Commission du Luxembourg en 1848, il tente d’offrir un débouché positif à ces intention, mais la répression y met rapidement un terme. Il faut attendre la décennie 1880 pour qu’un courant socialiste, favorable à la coopération et se distinguant des obédiences marxistes, se constitue autour des idées développées par Benoît Malon (1841-1893) et Eugène Fournière (1857-1914) dans La revue socialiste.[4]

C’est toutefois Jean Jaurès (1859-1914) qui introduit pleinement les coopératives dans l’archipel du mouvement ouvrier,[5] au côté du parti et du syndicat, au point que l’historien de la coopération Jean Gaumont lui consacre une brochure.[6] Dès 1895, publiant dans la Revue socialiste une série d’articles sur « L’organisation socialiste » à venir, dont un qui propose une « Esquisse provisoire de l’organisation industrielle », il écrit que « livrer aux hommes d’État et aux gouvernants, déjà maîtres de la nation armée et de la diplomatie nationale de direction effective du travail national, leur donner le droit de nommer à toute les fonctions directrices du travail […] serait donner à quelques hommes une puissance auprès de laquelle celle des despotes d’Asie n’est rien ». Pour lui, il convient de déléguer la propriété collective à des individus ou à des groupes.[7]

D’abord réservé à l’égard de la coopération, Jean Jaurès s’en rapproche après plusieurs expériences successives qui le convainquent de son intérêt. La première est relative au célèbre épisode de la création en 1895-1896 de la Verrerie ouvrière d’Albi, « cathédrale ouvrière se dressant face à l’orgueilleuse cathédrale d’Albi, la guerrière, cathédrale industrielle moderne face à la cathédrale féodale du passé ». Toutefois l’adhésion à la doctrine coopérative n’est pas encore gagnée. En octobre 1894 déjà, Jean Jaurès déclarait à la tribune de l’Assemblée nationale, à propos de la loi coopérative en discussion – et avortée –, que « les socialistes ont toujours refusé de déclarer que c’est dans le principe des coopératives que gît la solution définitive du problème social ». Si, au cours du conflit social carmausin qui aboutit à la fermeture de la verrerie Sainte-Clotilde, Jean Jaurès se range derrière la solution coopérative, c’est finalement, plutôt que la « Verrerie aux verriers » et contre l’avis des verriers, la « Verrerie ouvrière » qui l’emporte, c’est-à-dire une verrerie s’éloignant des strictes principes coopératifs « un homme, une voix », contrôlée par le prolétariat, figure archétypale incarnée par les organisations coopératives et syndicales actionnaires.[8]

Au même moment, en décembre, se produit en effet le schisme de l’Union Coopérative (UC), créée en 1885 par Édouard de Boyve. D’un côté, les coopératives socialistes, minoritaires, encouragées par la lutte carmausine, refusant une direction bourgeoise et le principe de la « neutralité », décident de quitter l’UC pour créer la Bourse des Coopératives Socialistes (BCS). De l’autre, elles s’investissent résolument en faveur de la Verrerie, dont elles espèrent faire un modèle à diffuser.[9] Jean Jaurès, qui finit par céder à leur vision de la Verrerie, sans doute pour profiter de leur capacité financière, n’adhère pas à leur stratégie de transformation sociale par la voie économique. Le 1er janvier 1896, il écrit : « Nous savons bien qu’on ne pourra généraliser cet exemple… Ce n’est pas un modèle réduit de la société future que nous essayons d’instituer. Non, la Verrerie ouvrière ne sera pas un morceau de la société collectiviste… Nous n’avons pas la prétention puérile de devancer l’histoire et de faire fonctionner un mécanisme socialiste avant la victoire du socialisme ».[10]

Jean Jaurès rallie véritablement la coopération en 1899. Cela tient d’abord à l’influence qu’exerce sur lui Marcel Mauss (1872-1950). Jeune agrégé de philosophie, neveu du sociologue Émile Durkheim, il est à l’initiative cette année-là de la création de la Boulangerie socialiste à Paris. Quelques mois plus tôt, Jean Jaurès est également présent à l’inauguration de la Maison du peuple de Bruxelles, lieu rassemblant les différentes composantes du mouvement ouvrier : parti, syndicats, coopératives et mutuelles, dont il revient plein d’enthousiasme : « Commençons à créer, dans le désordre capitaliste, des centres de cristallisation communiste. Une légère secousse suffira alors pour précipiter en communisme toute la masse de la propriété. Ce sera la révolution » ![11]

En juillet 1900, assistant au nom de la Boulangerie socialiste au premier Congrès national et international de la coopération socialiste à Paris, il en appelle à l’unité de la coopération et du socialisme : « D’une part, la coopération perd tout idéal, tout sens et toute vertu si elle ne se rattache pas au mouvement socialiste. D’autre part, le socialisme ne peut, sans danger, ou tout au moins sans dommage négliger la coopération qui peut ajouter au bien-être immédiat des prolétaires, exercer leurs facultés d’organisation et d’administration et fournir, dans la société capitaliste elle-même des ébauches de production collective ».[12] Sitôt ce Congrès terminé, alors qu’il est lui-même fortement engagé dans l’unité socialiste, il se rend au Congrès de l’Unité coopérative une semaine plus tard. Si aucune unité n’en sort cette fois, il entame alors un rapprochement avec Charles Gide,[13] préfigurant la création de la Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCC) en 1912.[14] Il est avec Charles Gide, « l’homme de la synthèse entre les deux organisations ».[15]

C’est dans le cadre de cette démarche qu’il signe en 1903 à la une de son journal, La Petite république socialiste, un article en pleine page, intitulé : « Économie sociale », qui rend compte du livre de Charles Gide sur le Palais d’économie sociale de l’Exposition Universelle de 1900. Jean Jaurès cite Charles Gide déclarant qu’ « il est logique que l’association libre, à mesure qu’elle s’étend, et surtout à mesure que le besoin auquel elle répond devient plus pressant et plus universellement ressenti, tende à se transformer en service public ». Il précise, dans une perspective socialiste, sa vision des rapports entre l’État et la coopération : « L’État démocratique est la coopérative suprême vers laquelle tendent, comme vers leurs limite, les autres coopératives ».[16] Il en conclut dans L’Humanité, au lendemain du Congrès de l’unité coopérative en 1912, que la coopération n’est pas une fin en soi, mais prépare la société postérieure à la révolution :

« L’unité coopérative à base prolétarienne qui a été constituée hier donnera à la classe ouvrière une grande force. Dans ce vaste mouvement de transformation, elle sera active et non passive. Et quand un jour la Révolution créera le service de distribution sociale en faisant la synthèse des grandes entreprises du capitalisme marchand socialisées, des associations de commerçants reliées à un centre commun d’achat et de crédit, et des grandes coopératives prolétariennes fédérées, elle trouvera une classe ouvrière instruite, éduquée, habituée au maniement collectif des échanges ».[17]

Cette supériorité de l’État n’induit néanmoins pas une quelconque subordination de la coopération au parti socialiste dans l’esprit de Jean Jaurès. À Albert Thomas (1878-1932) théorisant à l’inverse le primat de l’économique sur le politique, c’est-à-dire des coopérateurs sur les députés, il répond : « Oh, Thomas ! Ne chicanons pas sur des questions de préséance… lorsque trois actions sont aussi essentielles que le sont l’action syndicale, l’action coopérative et l’action parlementaire, il est vain de régler entre elles un ordre de cérémonie, il faut les utiliser toutes les trois au maximum ».[18] Jean Jaurès opère donc la synthèse entre le parti, la coopération et le syndicat, les intégrant tous comme les différentes formes d’un même mouvement ouvrier tourné vers la révolution, préparant l’avènement de l’État socialiste. Il fait ainsi de la coopération – donc de l’économie sociale – l’un des trois piliers de la transformation sociale.

Peut-être y a-t-il dans la stratégie socialiste de Jean Jaurès quelque enseignement à tirer pour les temps présents…

[1] Henri Desroche, Sociétaires et compagnons : des associations ouvrières aux coopératives de production (1831-1900), Paris, CG SCOP, 1981, p.20.

[2] Jacques Gans, « L’origine du mot « socialiste » et ses emplois les plus anciens », Revue histoire économique et sociale, vol. XXXV, n°1, 1957, p.79-83.

[3] Louis Blanc, L’organisation du travail, Paris, Bureau de la société de l’industrie fraternelle, 5e édition, 1847, 284p.

[4] Philippe Chanial, « 1848-1898 : l’association est-elle une politique ? », Revue du MAUSS, n°16, 2nd semestre 2000, p.283-310.

[5] Ce prisme ouvriériste n’est toutefois pas exclusif, l’intérêt de Jean Jaurès pour la paysannerie ne s’étant jamais démenti, comme en témoigne par exemple sa visite à la coopérative viticole de Maraussan le 1er mai 1905, quelques jours après le Congrès du Globe qui a vu la création de la SFIO.

[6] Jean Gaumont, Au confluent de deux grandes idées : Jaurès coopérateur, Paris, FNCC, 1959, 104p.

[7] Philippe Chanial, La délicate essence du socialisme : l’association, l’individu & la République, Lormont, Le bord de l’eau, 2009, p.160-164.

[8] Roger Verdier, « La verrerie ouvrière d’Albi : Jean Jaurès, Charles Gide et les autres », La revue de l’économie sociale, n°1, juillet-septembre 1984, p.49-56.

[9] Roger Verdier, « La bataille pour l’unité (1896-1912) », REC, n°207 (4), 2e semestre 1982, p.10-11.

[10] Roger Verdier, « La verrerie ouvrière d’Albi : Jean Jaurès, Charles Gide et les autres », op.cit., p.56.

[11] Christophe Prochasson, « Jean Jaurès et la coopération », La revue de l’économie sociale, n°3, janvier-mars 1985, p.34-35.

[12] Jean Jaurès, « Coopération et socialisme », La Dépêche de Toulouse, 24 juillet 1900.

[13] Christophe Prochasson, « Jean Jaurès et la coopération », op.cit., p.37-39.

[14] Christophe Prochasson, « Jean Jaurès et la coopération (2) », La revue de l’économie sociale, n°4, avril-juin 1985, p.71-72.

[15] Alain Chatriot, « Les coopérateurs », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, t.2, XXe sicèle : à l’épreuve de l’histoire, Paris, La découverte, 2005, p.93.

[16] Jean Jaurès, « Économie sociale », La petite république socialiste, 24 février 1903.

[17] Jean Jaurès, « L’unité coopérative », L’Humanité, 2 novembre 1912.

[18] Cité dans : Christophe Prochasson, « Jean Jaurès et la coopération (2) », op.cit., p.70.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Quel rapport avec avec le PS d’aujourd’hui ? Tout cela est bien loin … Nous avons fait un film sur un vieux militant socialiste du Nord ; Monsieur Blanc , en 1936 pour Etre socialiste , il fallait avoir sa carte syndicale, sa carte d’une coopérative de consommateur et sa carte du parti
    Rien à voir avec ce machin actuelle
    Alicecoop @ free. fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *