Le revenu de base, une aspiration démocratique

jpg_Place_du_droit_au_revenuLa fin du travail

Le travail est la valeur centrale de notre société. Porteur d’aliénation autant que d’émancipation, il structure matériellement et symboliquement l’essentiel des rapports sociaux. Le travail assigne à chacun sa place dans la société, définit son identité, lui apporte des revenus, fournit le support de sa protection sociale. Avoir un travail inclut, ne pas en avoir exclut. Sa fonction d’intégration sociale est cependant aujourd’hui grippée. Le travail disparaît. Le chômage est structurel, l’emploi se précarise. L’automatisation, la robotisation, les délocalisations, etc. alimentent le processus.

Cela fragilise l’ensemble des institutions. Les syndicats se délitent, les partis périclitent. Le système social ne fédère plus. La division sociale est accrue, la démocratie est affaiblie. En témoignent l’essor, d’un côté, de l’abstention et du repli désabusé sur soi, et de l’autre, de l’extrême droite, qui pointe les bouc-émissaires pour ressouder la communauté nationale : l’ « immigré » qui prend le travail du français, l’ « assisté » qui vit sur le dos des autres.

Aujourd’hui, la doxa libérale domine. La loi El Kohmri entérine l’inversion de la hiérarchie des normes en droit du travail pour généraliser le moins disant social, elle facilite les licenciements, encourage l’augmentation du temps de travail. Elle valide l’idée que les protections du travail sont un frein à l’emploi, et, inversement, que les supprimer contribue à la réduction du chômage. C’est une vision du XIXe siècle inadaptée aux défis du XXIe siècle.

Aux marges du salariat

Deux tendances se dessinent aux marges du salariat. La première tient aux mutations de la valeur, que la transition numérique accélère. Plusieurs exemples sont souvent cités : la valeur économique d’un logiciel tient pour l’essentiel à sa conception immatérielle, la création de valeur se déplace vers les usagers dans l’économie de plateforme, etc. Le rapport du Conseil national du numérique paru en janvier 2016 en conclut qu’il convient de lancer une recherche-expérimentation sur la mise en place d’un revenu de base, apte à rémunérer les contributions immatérielles et de pair-à-pair appelées à se développer.

La seconde tient aux mutations du système assistanciel. À côté du système assuranciel fondé sur le travail (indemnités de chômage, retraites, etc.), différentes allocations déconnectées du travail (RSA, AAH, etc.) complètent le dispositif redistributif. Devant leur émiettement, le rapport Sirugue d’avril 2016 se prononce en faveur d’une simplification pour en renforcer l’accès et la lisibilité, dans l’espoir de lutter contre la pauvreté et de réduire la défiance à leur encontre. Il propose de créer une « couverture socle commune » et d’y ajouter un « complément d’insertion » pour accompagner les actifs vers le travail et un « complément de soutien » pour préserver les ressources des personnes âgées et/ou en situation de handicap.

La piste du revenu de base se trouve ainsi crédibilisée pour être introduite dans l’espace public. Sous le paradigme des politiques d’austérité, cette proposition inquiète cependant. Son financement suppose en effet une refondation complète du modèle redistributif au profit d’une importante augmentation des transferts sociaux. Cette interrogation a pour corollaire la question cruciale du montant – et donc de l’ambition – de ce revenu qui pourrait avoir tout de la fausse bonne idée. En outre, aucun autre vecteur de socialisation ne semble à même de succéder au travail. Sous couvert d’universalisme, le revenu de base pourrait conduire à une exacerbation de l’individualisme.

La démocratie radicale

Au XIXe siècle, Alexis de Tocqueville voyait dans la démocratie un élan inexorable vers l’égalité. Égalité politique d’abord, égalité sociale ensuite. Les revendications démocratiques se sont en effet multipliées à mesure que la richesse des nations progressait. Ce mouvement a trouvé son expression la plus aboutie dans l’Europe d’après-guerre à travers le compromis social-démocrate adossé à une politique keynésienne. Il a favorisé l’intégration de la classe ouvrière et neutralisé les forces révolutionnaires.

La fin du régime de croissance et la résurgence de la question sociale depuis les années 1970 ont changé la donne. Le néolibéralisme règne. Dans un contexte de raréfaction des ressources, la lutte pour la survie s’impose, la compétition devient la norme. Si l’histoire bégaie, elle ne revient jamais en arrière. Il est inutile de rêver du retour de la croissance. Pour aller à l’idéal, il faut d’abord comprendre le réel. La croissance est derrière, la redistribution devant.

Ce n’est pas un hasard si le mouvement social contre la loi El Khomri a débouché sur Nuit debout. La question du travail touche à la démocratie. Aujourd’hui, face à la suprématie du marché autorégulateur, la société doit se protéger. Et cela passe par une réaffirmation du politique. Le revenu de base a le potentiel pour être l’aspiration d’une nouvelle force progressiste. Il peut devenir le pivot d’une nouvelle stratégie hégémonique pour aller des marges du salariat vers le cœur.

Le revenu de base est capable de rassembler, de Merci Patron à Demain, de la classe ouvrière à la classe moyenne postmatérialiste, en passant par les sans voix. À un niveau suffisant, il garantit le niveau de vie des uns, réalise l’utopie du temps libre des autres et préserve de la pauvreté les derniers. Universel, il recrée du commun. Inconditionnel, il défend les singularités. Cumulable, il n’élimine pas le travail, mais le rend périphérique. En libérant chacun de la contrainte de la survie, il institue la liberté et ouvre la voie à une démocratie radicale. En accordant à chaque personne le même niveau de ressources, le revenu de base est l’application d’une politique radicalement égalitaire, il assure l’exercice des droits de tous. Le revenu de base consacre le primat des liens sur les biens, de la coopération sur la compétition, de l’être sur l’avoir.

 

Publié, dans Faces B, n° 14, été 2016


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. agnes berniolles dit :

    UN BEMOL QUANT à L’EMPHASE DE VOTRE ARTICLE….

    Certes l’idée d’un revenu minimum pour tous constitue un élément de réponse progressiste dans le contexte actuel .
    Cependant, qualifier cette mesure « d’égalitaire »…me parait inapproprié .
    Car je ne vois pas en quoi ce revenu minimum lisserait le grand écart entre la classe économique dominante et les autres…..
    Je crains d’une part que son montant soit insuffisamment élevé au regard du prix des choses , pour que les bénéficiaires qui n’auraient que cette ressource (chômeurs, handicapés, retraités, jeunes diplômés de tous les secteurs, etc….) ne soient réellement mis à l’abri de la pauvreté. …car les questions de logement descent, d’ alimentation correcte ,de soins de santé de qualité , d’ éducation scolaire et universitaire adaptés , etc ..demeurent sans réponse à moins de 1500 euros/mois/personne ….je ne crois pas que ce montant n’ait été évoqué par nos gouvernants présents et potentiels…

    Je crains par ailleurs que le revenu minimum pour tous, s’il n’est accompagné de mesures éducatives puissantes, n’atténue en rien la stigmatisation sociale.
    Dans un futur très proche, où le travail devient un luxe réservé aux plus chanceux, qu’en est il de nos mentalités? Nos enfants sont ils d’ores et déjà préparés à considérer que les études et la culture en général sont avant tout des atouts de développement personnel et non essentiellement les passeports sélectifs pour l’ascenseur social??? Nôtre Education Nationale enseigne t elle d’ores et déjà que l’activité gratuite , physique, intellectuelle, artistique, etc…. .nécessaire à l’épanouissement des êtres …prime sur la notion de travail tel que nous l’entendons aujourd hui?

    Autrement dit, il y a danger …danger que le revenu minimum, s’il ne fait pas partie d’un ensemble de mesures de développement progressiste de nos sociétés, se résume à un pansement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *