« Le procès de la liberté » – Lecture de Michèle Riot-Sarcey

Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté: une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La découverte, 2016, 353p.

C’est un ouvrage original que vient de sortir Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-VIII-Saint-Denis. Dix-neuvièmiste, spécialiste du socialisme et du genre, elle explore ici « les pratiques éphémères de liberté dans l’histoire du XIXe siècle français ».

Plus qu’un livre d’histoire, c’est une profession de foi historiographique. L’auteure dénonce ainsi dans un même mouvement l’histoire des vainqueurs et l’histoire édifiante. Elle invite à un renversement de point de vue, qui se traduit par plusieurs traits spécifiques :

  1. C’est une histoire de la liberté entendue, non comme un droit formel, mais comme le pouvoir d’agir dans des actions collectives, suivant en cela les travaux qui ont émergé ces dernières années sur l’empowerment,
  2. C’est, à ce titre, une histoire des « catégories subalternes », au plus près de la représentation qu’elles se donnent d’elles-mêmes, c’est-à-dire où elles deviennent sujet de l’histoire,
  3. C’est aussi une histoire qui, redonnant toute leur place aux idées, analyse la séparation et les tensions entre les catégories du social et du politique, au fondement de l’opposition entre les socialistes et les républicains,
  4. C’est encore une histoire discontinue, qui s’intéresse davantage aux événements, aux brèches, aux ruptures, qu’aux structures, aux blocs, aux permanences,
  5. C’est enfin une histoire qui donne sa pleine puissance au concept d’historicité, en accordant un rôle crucial au passé, conçu comme le moteur de l’insurrection au présent, et non comme une simple expérience du temps, comme cela peut être le cas avec la notion de « régime d’historicité ».

Le livre de Michèle Riot-Sarcey s’ouvre donc sur « l’événement de 1848 », mythe du socialisme utopique, qui cristallise le pouvoir d’agir ouvrier, devenu sujet de l’histoire, aspirant à imbriquer le social et le politique dans l’expérience associationniste, pendant un épisode insurrectionnel où l’imaginaire révolutionnaire de 1789 est réactivé.

9782707190284Michèle Riot-Sarcey revient ensuite sur ce qu’elle nomme « l’histoire souterraine » du XIXe siècle, où se tisse la continuité historique entre les moments de résistance ouvrière. Elle énonce ainsi son projet historiographique :

« Penser l’historicité, c’est décrypter le processus de fabrique de l’histoire dans l’expérience conflictuelle des interprétations d’où émerge le sens commun, afin de retrouver le mouvement réel de l’histoire dans les conditions de son émergence. C’est ainsi saisir le possible, après coup occulté, dont l’idée subsiste dans le souterrain des mémoires. L’historicité est de fait appréhendée à tout moment de l’objet étudié car le sens des mots, confronté aux situations comme aux acteurs qui les énoncent, ne cesse d’être changeant ».

De la sorte, si l’inévitable Pierre Leroux (1797-1871) ou le moins connu Xavier Sauriac (1804-1871) assimilent la liberté à l’association, c’est-à-dire au pouvoir d’agir ouvrier, Adolphe Thiers (1797-1877) dissocie le social du politique, estimant qu’il convient d’écarter le peuple ouvrier, jugé menaçant pour la classe possédante qui a accaparé la République de 1789. C’est pourquoi il réprime si durement les Communards en 1871. Des figures littéraires sont également interrogées, parfois pour faire tomber les idoles, comme dans le cas de Victor Hugo. L’auteur des Misérables, souvent considéré comme le héraut du peuple, exclut le monde ouvrier de sa fresque. Il écrit notamment : « Juin 1848 fut, hâtons-nous de le dire, un fait à part et presque impossible à classer dans la philosophie de l’histoire. […] Il fallut combattre [cette émeute extraordinaire], et c’était le devoir, car elle attaquait la République. Mais au fond, que fut juin 1848? Une révolte du peuple contre lui-même ».

Au total, Michèle Riot-Sarcey livre une histoire parfois difficile d’accès, mais toujours passionnante, du peuple ouvrier au XIXe siècle. En encourageant les études historiques à s’intéresser aux groupes dominés, elle espère à raison donner des outils à la démocratie. Comme elle l’affirme en conclusion, « le détour critique par un passé qui a fait l’opinion est la condition d’une réinvention de la pensée alternative. L’histoire en est le moyen ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *