La candidature de Benoît Hamon ou l’invention d’une deuxième gauche radicale

5061396lpw-5066519-article-jpg_3726680Ça y est. Benoît Hamon a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle et à la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste. Après avoir laissé planer le doute sur ses intentions ces derniers mois, il les a finalement clarifiées au JT de France 2 cette semaine. Si on connaît Benoît Hamon comme un ancien ministre devenu frondeur – ce qui ne résume qu’une position sur un échiquier politique –, les ressorts et la cohérence de son projet politique restent à découvrir.

 

  1. Le creuset rocardien

 

À l’annonce du décès de Michel Rocard, Benoît Hamon a rappelé sa filiation : « Avec lui, j’ai appris ce qui compte à mes yeux le plus : l’éthique de conviction. Michel Rocard s’est éteint et sa mort me bouleverse ». Cette déclaration peut surprendre. Comment Benoît Hamon, le héraut de l’aile gauche du Parti socialiste, peut-il rendre un tel hommage à Rocard, dénoncé en son temps par Jean-Pierre Chevènement comme le représentant de la « gauche américaine », c’est-à-dire libérale ? Cette incongruité n’est qu’apparente.

La trajectoire politique de Benoît Hamon commence dans le creuset du rocardisme. Fils d’un ouvrier de l’arsenal de Brest, ayant vécu une partie de son enfance au Sénégal, il s’investit d’abord en 1984 avec SOS Racisme. Mais c’est en 1986 que le tournant a lieu, lorsqu’il s’engage contre le projet de loi Devaquet et adhère à l’Union Nationale des Etudiants de France, puis au Parti socialiste. Militant dans une fédération – le Finistère – acquise à Michel Rocard, il s’implique activement dans les clubs Forums des jeunes rocardiens, animés par… Manuel Valls.

Devenu en 1991 assistant parlementaire du député rocardien Pierre Brana, après la validation de sa licence d’histoire, il mène la lutte pour l’autonomie du Mouvement des Jeunes Socialistes, qu’il obtient en 1993 de Michel Rocard, 1er secrétaire du PS, avant d’en être élu président. Les Jeunes socialistes peuvent désormais élire leurs représentants et définir leurs orientations politiques, tandis que Benoît Hamon crée le courant Nouvelle gauche, qui conserve le lien du parti avec les organisations de jeunesse et forme ses futurs cadres.

 

  1. De la deuxième gauche à l’aile gauche du Parti socialiste

 

Benoît Hamon rejoint Lionel Jospin en 1995 pour devenir son conseiller pour la jeunesse au 1er secrétariat du PS, mais son parcours au sein de la deuxième gauche[1] ne s’arrête pas là. Il entre en 1997 au cabinet de Martine Aubry – la fille de Jacques Delors, l’autre figure de la deuxième gauche – au ministère de l’Emploi et de la Solidarité, où il est d’abord chargé de l’emploi des jeunes puis des affaires politiques, et participe à la bataille de la réforme des 35h.

Surtout, l’élimination de Lionel Jospin et la présence au second tour de l’élection présidentielle de Jean-Marie Le Pen, le conduisent à s’affirmer comme un des leaders de l’aile gauche du PS. Il concourt ainsi en 2003 à la création du Nouveau Parti Socialiste (NPS), qui explique la défaite de 2002 par l’abandon de sa base populaire par le PS. Avec Henri Emmanuelli, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Julien Dray, il critique alors le social-libéralisme, en appelle à une Europe sociale et à une VIe République.

Élu député européen en 2004, il s’oppose donc logiquement au projet de Constitution de l’Europe lors du référendum de 2005, puis soutient la candidature de Laurent Fabius, représentant du camp du « Non », à l’élection présidentielle de 2007. Lors du Congrès de Reims en 2008, il refonde l’aile gauche devient le premier signataire et candidat au poste de 1er secrétaire du courant Un monde d’avance, qui prolonge la dénonciation du Traité de Lisbonne adopté en 2007 en remplacement du projet de Constitution. Ayant soutenu la candidature de Martine Aubry pour bloquer toute alliance du PS avec le centre, il devient son porte-parole et le principal artisan du conseil national de 2010 sur l’égalité réelle, qui réaffirme l’ancrage à gauche du PS. Ministre en 2012, il décroche d’abord le portefeuille de l’économie sociale et solidaire, reconnue en 1981 par Michel Rocard, avant d’y ajouter la consommation, puis de passer brièvement à l’Éducation nationale, d’où il est débarqué en 2014 en raison de sa critique de la politique budgétaire du Gouvernement, jugée trop libérale.

 

  1. Vers une deuxième gauche radicale

 

Si Benoît Hamon est un habile manœuvrier, capable de tenir des rapports de forces et de négocier pour faire progresser son courant au sein de l’appareil socialiste, tout son parcours témoigne d’une grande fidélité non seulement à la deuxième gauche, de Michel Rocard à Martine Aubry, mais aussi à une gauche radicale, davantage tournée vers les forces sociales que vers les forces du marché. L’ambigüité du rocardisme – et de l’idée d’autogestion qui lui est associée – est d’avoir produit, d’un côté, un Manuel Valls attaché au libre marché et, de l’autre, un Benoît Hamon lié aux mouvements sociaux, en particulier aux organisations de jeunesse (UNL, UNEF, MJS).

Michel Rocard lui-même, en Janus, confiait peu avant sa mort ne se retrouver pleinement ni dans la ligne du Gouvernement ni dans celle des frondeurs. Il serait donc malhonnête de voir en Benoît Hamon son héritier légitime. Cependant les premières propositions avancées révèlent sa volonté de s’inscrire dans la tradition de la deuxième gauche, pour la réinventer. Peut-être inspiré par l’expérience espagnole d’un parti comme Podemos, qui défend la social-démocratie pour en radicaliser les objectifs, il reformule le discours de la deuxième gauche.

Renouant avec la mémoire du Front populaire, Benoît Hamon souhaite ainsi abroger la loi travail, qui consacre l’inversion de la hiérarchie des normes, pour reprendre le cours historique de la réduction du temps de travail. L’ouverture ancienne de la deuxième gauche à l’écologie politique est réactivée pour critiquer la croissance du PIB qui justifie les régressions sociales et environnementales. L’attention portée à la société civile se traduit dans le soutien affiché aux initiatives socio-économiques, de l’économie sociale et solidaire à l’économie collaborative. Dans le droit fil du RMI, mis en place par Michel Rocard quand il était Premier ministre, Benoît Hamon se prononce en faveur du revenu universel d’existence, motivé par les mutations technologiques qui entraînent la disparition du travail. Enfin, comme le PSU créé contre le ralliement des socialistes à la Ve République, il en appelle à une VIe République qui se débarrasse de ses hommes providentiels, autrement dit à une République démocratique et non monarchique.

Benoît Hamon entend de la sorte mener le combat culturel contre l’extrême droite, en remettant au centre du débat public les thèmes de la deuxième gauche, mûris par trente ans d’engagement politique. En les radicalisant, toute sa stratégie vise à raccrocher l’électorat populaire et à réconcilier les deux gauches, non plus une gauche jacobine et une gauche autogestionnaire, mais une gauche radicale et une gauche libérale, dont il est à la jonction. Cela peut paraître ambitieux à un an des échéances, mais sans doute amorcera-t-il un nouveau cycle politique.

 

[1] La deuxième gauche a été « théorisée » par Michel Rocard au Congrès de Nantes de 1977. Il y défend l’idée qu’il y a deux cultures politique à gauche, la première jacobine et la deuxième autogestionnaire, à laquelle il appartient.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guillaume Chocteau dit :

    Bonjour Thimothée,

    J’ai écrit un billet également sur mon blog (Je te donnerais le lien si tu le souhaites, mais en privé). Je reprends une partie de ton approche et analyse.
    Ceci étant, tu fais l’impasse sur l’essentiel, à mon avis.

    Je pourrais soutenir B Hamon (personnellement). Mais cela changerait il quelque chose ? (Pas mon soutien, sa candidature). Il a assez peu de chance de sortir vainqueur, comme tous ceux qui se sont déclarés pour l’instant. J’ai bcp de respect pour plusieurs d’entre eux, malgré ma critique forte du PS depuis plusieurs années (Et pas que sous Hollande).
    Ce que joue Hamon, ou tente de jouer, c’est le coup d’après. Tu le dis, c’est un manoeuvrier (normal en fait) et ce qui est recherché est surtout le poids dans l’appareil. Avec un ligne de mire un congrès à la sortie des prochaines élections législatives qui probablement seront douloureuses pour la majorité gouvernementale.
    Or, je pense que le PS a glissé tranquillement aussi vers la droite de l’échiquier, vers un centre gauche (gauche gauche pour certains) et les différentes enquêtes des adhérents PS sembleraient conforter l’idée qu’un Macron ou qu’un Valls soit bien représentatif de ce qu’ils veulent. Avec toutes les nuances et précautions sur les sondages, les enquêtes, …

    Mais je peux me tromper…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *