Podemos ou le retour du peuple

sin_t_tulo_1

 

 

 

 

La fin de l’histoire est terminée

L’éclatement du bloc soviétique au tournant des années 1990 a laissé croire à la victoire finale du capitalisme. Le fameux TINA (« There is no alternative ») de Margaret Thatcher y a pris tout son sens. Les gardiens du temple de la nouvelle doxa se sont empressés d’annoncer la mondialisation heureuse et la fin de l’histoire, pour mieux asseoir la domination du marché en saturant l’espace idéologique.

Mais l’extinction de la grande lueur à l’Est n’a été qu’une éclipse. Tout au long de la décennie s’est constitué un mouvement altermondialiste, qui a fait une fulgurante apparition sur la scène médiatique avec les manifestations de novembre 1999 à Seattle pour protester contre les accords de libre-échanges promus par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

C’est dans ce creuset que se sont formés les actuels leaders de la gauche radicale européenne pour réécrire l’utopie communiste au présent. Tous ont participé des tâtonnements de l’altermondialisme, de la convergence des luttes qui s’y est opérée, pour concevoir un langage commun à la foule d’alternatives émergentes. C’est dans les espaces publics des Forums sociaux que s’est façonnée la gauche radicale, inspirée des expériences socialistes latino-américaines, dont le Vénézuélien Hugo Chavez est la figure archétypale.

Si ces nouvelles gauches, qui ont lu la trilogie Empire, Multitude et Commonwealth de Michael Hardt et Toni Negri, ont d’abord affirmé le primat de l’engagement dans les mouvements sociaux sur l’arène électoral, notamment en raison de leur faiblesse d’organisation et du déclin des Partis communistes dans le contexte post-Guerre froide, elles ont ensuite profité d’une fenêtre d’opportunité ouverte par la crise du capitalisme de 2008-2009.

Succédant au mouvement des Indignés délégitimant le bipartisme, un nouvel ordre électoral se dessine depuis sur la carte des gauches européennes, dont Syriza en Grèce et Podemos en Espagne sont les symboles. La social-démocratie, laminée par les politiques d’austérité, est concurrencée et parfois remplacée par la gauche radicale, issue elle-même d’un réagencement des partis communistes, qui ont perdu leur centralité, de l’extrême gauche, de la gauche extra-parlementaire et des ailes gauches des partis sociaux-démocrates.

La revanche de Gramsci

Podemos est né du mouvement 15M, qui s’est emparé de la Puerta del Sol de Madrid le 15 mai 2011. Les manifestants, baptisés Indignés en référence à l’opuscule best-seller de Stéphane Hessel Indignez-vous !, sont jeunes, très diplômés et précaires. Génération Internet, marqués par les pratiques horizontales dont les réseaux sociaux sont le catalyseur, ils se réunissent en assemblées non violentes pour en appeler à une insurrection des consciences et exiger de faire passer la dignité humaine avant les intérêts économiques et politiques. C’est un contre-mouvement démocratique à la mise en place d’une société de marché et d’une gouvernance sans le peuple. Il vise à ré-encastrer l’économie et la politique dans la société. Podemos capte ces énergies citoyennes et les canalise pour leur donner un débouché politique.

Si, parmi ses cadres, beaucoup proviennent des rangs de la gauche de transformation sociale, le langage de Podemos n’emprunte guère au vocabulaire de ses différentes chapelles idéologiques. C’est le pari de Podemos : quitter l’axe droite-gauche pour le remplacer par un axe haut-bas. La division du monde devient verticale plutôt qu’horizontale. Contre la dictature, la démocratie est le concept-pivot autour duquel s’articulent ses lignes politiques : contrôle de la finance, démocratie participative, revenu de base, décroissance, répartition de l’emploi, égalité hommes-femmes, intégration des immigrants, etc.

Podemos, ce n’est plus la classe ouvrière, c’est le « nous » indéfini des invisibles qui se fait agissant, qui entre dans une guerre de mouvement pour la conquête du pouvoir. Non seulement de la victoire électorale, qui est une étape, mais du pouvoir réel. La démocratie est radicalisée, Podemos c’est le pouvoir constituant du peuple souverain contre la caste économique et politique. Dans le contexte espagnol, il prospère sur la rupture du consensus post-franquiste cristallisé dans la Constitution de 1978 et renoue avec l’Espagne républicaine de 1931-1939, dont le violet est l’emblème.

Lecteurs de Hégémonie et stratégie socialiste : vers une politique démocratique radicale d’Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, inspiré des écrits de Gramsci, les leaders de Podemos sont des intellectuels organiques qui pensent l’action politique en termes stratégiques. Ce sont des entrepreneurs de sens, ils cherchent à prescrire le réel. Aussi accordent-t-il la plus grande importance aux moyens de communication modernes. L’aventure de Podemos a d’ailleurs commencé avec la création de La Tuerka, une émission de télévision madrilène où ils ont élaboré leurs références idéologiques. Cette stratégie d’hégémonie, qui pose le combat culturel comme préalable du combat politique, permet tant la maîtrise de la mise à l’agenda des questions que l’instauration d’un nouveau rapport entre gouvernants et gouvernés qui réforment le principe de délégation pour parer au sentiment de déprise des citoyens.

La démocratie, une idée neuve en Europe

Mais l’optimisme de la volonté peut être contrebalancé par le pessimisme de l’intelligence. Comme son cousin Syriza, Podemos est confronté à la pensée unique et aux politiques d’austérité européennes. Le rapport de forces ne lui pour le moment pas favorable. L’épisode grec de l’été 2015 le rappelle, la zone euro fonctionne comme la grande faucheuse des aspirations égalitaires.

L’équation à résoudre est compliquée pour la gauche radicale européenne : comment mettre en œuvre une politique radicale, c’est-à-dire s’attaquant à la racine des problèmes, sans quitter la zone euro ? Personne n’a aujourd’hui la réponse, mais les idées démocratiques progressent en Europe, y compris là où on les attend le moins, comme en atteste la victoire écrasante de Jeremy Corbyn aux primaires du Labour, le parti de la troisième voie social-libérale.

Concluons en laissant la parole à Juan Carlos Monedero, politique et dirigeant de Podemos :

« Nous avons décidé de bouger une pièce, de jeter une pierre dans l’étang pour voir si elle faisait des vagues. Et quand elle les a faites, nous avons parlé avec beaucoup de sincérité au peuple : nous pouvons gagner le gouvernement, mais cela ne signifie absolument pas que nous aurons gagné le pouvoir. Le vrai travail commencera le lendemain. Et dans cette phase, ce qui comptera sera le courage du peuple. Il n’y a pas de solution en dehors des gens. Le peuple seul sauve le peuple ».

 

Publié, dans Faces B, n°12, automne 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *