Il y a 130 ans, Charles Gide appelait à « l’émancipation de la classe ouvrière par la transformation du salariat »

portrai1Le 19 septembre 1886, l’économiste protestant Charles Gide (1847-1932), qui a critiqué l’économie politique libérale en 1884 dans ses Principes d’économie politique, prononce le discours d’inauguration du  IInd Congrès des sociétés coopératives de France, qui se tient à Lyon. Intitulé « La coopération et le parti ouvrier en France », il est considéré comme l’un des « textes canoniques de la coopération nîmoise » (Patrice Devillers), c’est-à-dire du mouvement des coopératives de consommation, né dans les cercles protestants nîmois, inspiré des Christian socialists anglais, et cristallisé dans la fondation en 1885 de l’Union coopérative et en 1886 de la revue L’émancipation.

S’il se revendique du socialisme, Charles Gide y attaque le marxisme qui a pris le dessus sur le proudhonisme au Congrès ouvrier de Marseille en 1879. Il plaide en faveur de l’association, non pour des raisons économiques mais pour des raisons morales, l’aliénation de la liberté des ouvriers étant supérieure à l’exploitation de leur force de travail. Au collectivisme, qui attribue la propriété des moyens de production à une abstraction – la collectivité -, il préfère la coopération, qui la confère à ceux qui s’en servent – les coopérateurs. À l’usage de la force préconisé par la révolution sociale, il préfère le recours au droit. À la lutte des classes, il préfère leur conciliation. Aussi compte-t-il sur l’éducation économique de la classe ouvrière, à travers la coopération, pour résoudre la question sociale qui a émergé au XIXe siècle, soit sur « l’émancipation de la classe ouvrière par la transformation du salariat ».

En 1889 au Congrès de Paris, il prophétise l’avénement d’une « République coopérative » à partir d’un programme en trois étapes assis sur les coopératives de consommation : « Dans une première étape victorieuse, faire la conquête de l’industrie commerciale, dans une seconde, celle de l’industrie manufacturière, dans une troisième enfin, celle de l’industrie agricole ». Il assigne donc la mission de la transformation sociale non plus aux producteurs mais aux consommateurs : « Qu’est-ce que le consommateur, disent-ils ? Rien ; que doit-il être ? Tout ». En 1890, il définit l’École de Nîmes comme « l’école de la SOLIDARITÉ », ce qu’illustre sa devise : « Chacun pour tous, tous pour chacun ».

Surtout, Charles Gide est rapporteur du Palais de l’économie sociale présenté à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Il définit alors l’économie sociale selon deux ordres, théorique ou pratique, soit comme la « science de la justice », soit comme « les efforts pour élever la condition du peuple ». Il propose de classer ses institutions soit d’après leurs sources : les pouvoirs publics, l’association ouvrière et le patronage ; soit d’après leurs buts : amélioration du salariat (syndicats), amélioration du confort social (habitat, alimentation, etc.), prévoyance (sociétés de secours mutuels), indépendance économique (coopérative, artisanat, etc.). Et le protestant de représenter l’économie sociale sous la forme d’une cathédrale… laïque ! :

« Dans une Exposition future […] nous voudrions voir le Palais divisé en trois grandes nefs correspondant aux trois grandes sources de l’activité sociale : dans la nef centrale toutes les formes de libre association qui tendent à l’émancipation de la classe ouvrière par ses propres moyens ; dans l’une des galeries collatérales tous les modes d’intervention de l’État ; dans l’autre toutes les formes d’institutions de patronage ; – puis de recouper transversalement cette triple nef par autant de travées qu’il y aurait de buts à classer : on s’efforcerait d’ailleurs de les classer par ordre de parenté, de façon que les plus semblables fussent les plus voisins. En marchant dans l’axe de l’une des travées de l’édifice on passerait en revue toutes les institutions sociales dérivant d’une même source par exemple toutes celles qui dérivent de l’initiative patronale. En marchant transversalement, on pourrait comparer toutes les institutions qui ont un but commun, quoique provenant de sources différentes : par exemple toutes celles qui concernent l’habitation ouvrière ou l’alcoolisme. Avec sa triple nef, ce bâtiment aurait sans doute plutôt l’apparence d’une cathédrale que d’un palais. Et ce serait bien ainsi. Il n’y manquerait rien, ni les chapelles du chœur pour tous les saints laïques dont la mémoire survit dans les œuvres qu’ils ont fondées ou dans les lois qu’ils ont inspirées, les vingt-huit pionniers de Rochdale, les Owen, les Buchez, les Leclaire, les Dollfus, les Godin, les Raffeisen, les Shaftesbury, les Wieselgreen, pour ne citer que les morts, – ni en bas la crypte obscule, l’enfer social où [on les verrait] aux prises avec ces démons qui se nomment Paupérisme, Alcoolisme, Tuberculose, Prostitution, mais où l’on verrait aussi tout ce qui sert à aider les misérables dans la lutte inégale qu’ils soutiennent contre ces Puissances des Ténèbres ».

Charles Gide, résumant le projet de l’École de Nîmes, peut déclarer : « Le christianisme social attend la transformation sociale non de la force mais de l’amour, non de la révolution mais de la conversion ».

 

Charles Gide, « La coopération et le parti ouvrier en France » (1886), in Charles Gide, Coopération et économie sociale: 1886-1904, Paris, L’Harmattan, 2001, p.79-105.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *