Le revenu universel : un catalyseur d’alternatives pour sauver l’État-providence

jpg_Place_du_droit_au_revenuLa crise de l’État-providence

L’État-providence est en crise. Sous la double pression de la transition démographique vers un vieillissement de la population et de la fin du plein emploi avec un l’installation d’un chômage structurel.

D’aucuns prônent son démantèlement, les dépenses sociales étant jugées contre-productives pour l’efficience du marché et la croissance économique. Ils reprennent parfois la proposition ultra-libérale de Milton Friedman de création d’un impôt négatif qui, au nom d’une garantie minimale de revenu pour tous sur la base d’un mécanisme fiscal, consiste à justifier l’abolition de la protection sociale et des services publics.

D’autres entendent au contraire le renforcer en le repositionnant comme un investisseur social, qui cible en particulier l’emploi féminin et la petite enfance, et s’adapte aux nouvelles trajectoires professionnelles marquées par une forte discontinuité. Cette approche social-démocrate est néanmoins en perte de vitesse depuis plusieurs décennies.

Un revenu garanti pour tous

D’autres enfin réactivent le principe d’une économie distributive, qui combine l’intérêt individuel et l’intérêt collectif. Face aux mutations du travail, affecté par l’automatisation et le numérique, ils proposent de verser un revenu universel et inconditionnel dont l’objectif serait double : lutter contre la pauvreté en garantissant un filet de sécurité et offrir un droit à l’autonomie en démarchandisant une partie des revenus.

Ce revenu universel compléterait de la sorte le système de protection sociale pour mieux répondre aux ruptures de parcours, sans remettre en cause la valeur travail, puisqu’il serait cumulatif à la fois avec des revenus d’activité et avec la Sécurité sociale. Justifié par la logique des communs, numériques ou écologiques, ce revenu renouerait avec le progrès vers un monde plus social et plus sobre.

Libérer les initiatives

Le revenu universel et l’économie sociale et solidaire ont des desseins jumeaux : répondre à des besoins sociaux et stimuler les créativités sociales. En reconnaissant toutes les activités hors du salariat, comme l’exercice de la citoyenneté, le bénévolat, les échanges non marchands ou l’aidance auprès de ses proches, le revenu universel est un catalyseur d’alternatives au marché, de développement social. Il constitue une rampe de lancement pour le déploiement de rapports sociaux horizontaux, subvertissant les hiérarchies et les liens de subordination.

Il forme un environnement favorable pour l’économie sociale et solidaire, qui s’appuie sur les trois piliers du but non lucratif, de la gouvernance démocratique et de l’utilité sociale. En solvabilisant une population aujourd’hui mal couverte, il offre de nouveaux débouchés aux mutuelles de santé et d’assurance. En sécurisant les parcours, en assurant plus de cohésion sociale et en revitalisant la démocratie, il libère les initiatives, en particulier coopératives. Enfin, en érodant l’ordre du profit, il encourage au développement des associations.

Opérant la jonction entre le travail salarié et l’économie du don, le revenu universel forme un point nodal entre la solidarité de réciprocité, celle de la proximité et du quotidien, et la solidarité de redistribution, mise en œuvre par le tiers étatique pour réduire les inégalités de richesse. C’est une marche vers la refondation de l’État-providence en une véritable République coopérative, qui imbrique la fraternité des relations sociales et l’égalité poursuivie par le pouvoir central pour assurer à chaque sujet l’exercice plein et entier de sa liberté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *