L’unité de la coopération et du socialisme selon Jean Jaurès

Jean Jaurès est l’auteur d’un article paru le 24 juillet 1900 dans La Dépêche de Toulouse où il se fait le héraut d’une alliance entre la coopération et le socialisme, fidèle en cela à son esprit de synthèse pourtant mis à mal dans les premières années de son engagement socialiste durant lesquelles il se défiait de la coopération avant de s’en rapprocher suite à l’épisode de la Verrerie d’Albi. Voici le texte concerné:

« Il y a en ce moment-ci, en France, un grand mouvement coopératif, et le parti socialiste entre tous les jours plus à fond dans ce mouvement. À vrai dire socialisme et coopération sont liés dans leurs origines. Il ne faut jamais oublier que le même homme, le grand et généreux Robert Owen, fut en Angleterre tout à la fois le défenseur de l’idée communiste et le promoteur du mouvement coopératif. Que sera d’ailleurs la société communiste, sinon une vaste coopérative de production et de consommation où tous les intermédiaires, tous les parasites auront disparu?

Mais, malgré cette commune origine et cette commune tendance, le socialisme et la coopération avaient paru depuis un demi-siècle, s’opposer l’un à l’autre. C’est la faute des coopérateurs bourgeois qui essayèrent de présenter la coopération comme un moyen de lutte contre le socialisme. Ils espéraient que le peuple attendrait son salut, tout son salut, de la lente extension des coopératives de consommation et de production se substituant peu à peu à l’atelier ou au magasin capitaliste: et ils essayaient de détourner le prolétariat de l’action politique où, organisé en parti de classes, il cherche à conquérir le pouvoir pour conquérir la propriété.

Naturellement les socialistes ripostèrent en dénonçant dans la coopération ainsi comprise une diversion funeste, et de peur que les prolétaires oublient le suprême idéal collectiviste ou communiste et perdent la vigueur d’action et de pensée, ils les détournèrent du mouvement coopératif.

Mais il y avait là une situation fausse et qui ne pouvait durer. Car d’une part la coopération perd tout idéal, tout sens et toute vertu si elle ne se rattache pas au mouvement socialiste. D’autre part, le socialisme ne peut, sans danger, ou tout au moins sans dommage négliger la coopération qui peut ajouter au bien-être immédiat des prolétaires, exercer leurs facultés d’organisation et d’administration et fournir, dans la société capitaliste elle-même, des ébauches de production collective. C’est la Belgique qui a rendu au monde ouvrier le service de marier, suivant la pittoresque expression d’Anseele, le socialisme et la coopération. Et avec un admirable zèle de propagande, Léonard, député de Charleroi, Bertrand, député de Bruxelles, Anseele, député de Gand, sont venus pour étendre à la France le beau mouvement de coopération socialiste qui est une des forces du prolétariat belge. Tous ces jours-ci, au Congrès international des Coopératives socialistes, au Congrès international des Coopératives présidé par M. Gide, dans les réunions publiques, dans les Universités populaires, ils ont répété le double conseil: « Coopérateurs, devenez socialistes, Socialistes, devenez coopérateurs ». Quand on dit aux Coopérateurs « devenez socialistes », cela signifie qu’ils ne doivent pas considérer la coopération comme le moyen unique d’émancipation du prolétariat, mais comme un des moyens par lesquels la classe ouvrière prépare le régime communiste. Cela signifie donc qu’ils doivent accepter et propager les principes essentiels du parti socialiste. Cela signifie encore qu’après avoir assuré aux coopérateurs les avantages immédiats qu’ils ont le droit de rechercher, la coopérative doit employer une part de ses biens à des œuvres d’intérêt ouvrier général, propagande socialiste, atelier de production, domaines agricoles coopératifs, Maisons du Peuple, etc.

J’ai à peine besoin de dire que beaucoup de coopératives résistent à cet entraînement socialiste. Elles ont été créées dans un autre esprit, et ce n’est que peu à peu qu’elles se laisseront pénétrer par la pensée de notre parti. Mais je suis convaincu que partout où les coopérateurs sont des ouvriers, des prolétaires, des salariés, des employés, cette pénétration se fera. Déjà dans le Congrès international où les coopératives socialistes étaient en minorité, d’importantes  résolutions, qui marquent une orientation nouvelle, ont été prises. Par exemple, la plupart des coopératives non socialistes s’étaient abstenues jusqu’ici de seconder la verrerie ouvrière. Le Congrès coopératif vient d’inviter à l’unanimité toutes les Coopératives de consommation à s’approvisionner de bouteilles à la verrerie ouvrière. Quand on sait qu’il y a deux cent vingt coopératives de consommation (et quelques-unes très importantes) qui adhèrent au Comité central organisateur du Congrès, on voit de quel énorme accroissement de clientèle pourra bénéficier la verrerie ouvrière. […] Ce sera une grande victoire ouvrière. La croissance d’un établissement de grande industrie qui est tout entier la propriété de la classe ouvrière, qui est tout entier dirigé par des ouvriers dans sa partie technique comme dans sa partie commerciale, sera un des plus puissants arguments de fait que puisse invoquer le prolétariat.

J’imagine donc que les socialistes n’hésiteront plus à entrer en masse dans le mouvement coopératif ainsi entendu. Les résultats de tout ordre peuvent être immenses. […]

Qu’on ne dise point: « C’est un rêve ». Nous dirons, nous, que cela sera. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *