Avec Benoît Hamon, le revenu universel est le nouvel horizon du socialisme

couverture-facebook

  • Un nouvel imaginaire pour le socialisme

Benoît Hamon veut « projeter un imaginaire fort et puissant » pour redonner du souffle à la gauche. Dans le contexte de crise de la social-démocratie, abîmée par une pratique gestionnaire du pouvoir qui l’a conduite à abandonner tout idéal de transformation sociale, il fait du revenu universel le levier d’une régénération.

Le revenu universel structure aujourd’hui le débat des primaires de gauche, le conflit se nouant autour de la valeur travail. Cette proposition, simple dans son énoncé – verser un revenu à tous –, a le mérite de polariser le débat non plus sur les questions identitaires et sécuritaires, mais sur les questions économiques et sociales. Elle sert de pivot pour traiter des conditions de travail, du temps de travail, de la protection sociale, de la conciliation des temps de vie, de l’engagement, etc. Dans une société du travail, distendre le lien entre travail et revenu est une petite révolution.

L’ordre social est sens dessus dessous. Les critiques fusent. Pour les uns, c’est utopique, le projet nécessitant plusieurs centaines de milliards d’euros. Pour les autres, il y a un risque de démantèlement de l’État, l’ensemble de son budget couvrant à peine ses dépenses. Pour les derniers, c’est une attaque contre la valeur travail, censée représenter l’essence de l’homme.

Pour Benoît Hamon, c’est au contraire un horizon de conquêtes.

  • Les trois objectifs du revenu universel

Il part du constat que la croissance infinie dans un monde fini n’est plus ni possible ni souhaitable. Il observe également que le progrès technique, notamment dans la société numérique, se fait aux dépens de l’emploi, la théorie schumpétérienne de la destruction créatrice étant invalidée. Le temps où la croissance économique alimentait la croissance de la protection sociale et des services publics est dépassé. Il convient dès lors d’innover socialement pour refonder notre modèle social autour de trois objectifs.

Le premier concerne la lutte contre la pauvreté. Outre la problématique du montant du revenu universel pour couvrir les besoins essentiels, la question cruciale est celle de la sécurisation des parcours. La bascule de la pauvreté à l’extrême pauvreté se produit lors des non recours et des ruptures de droits. Rendre automatique et inconditionnel le revenu universel, c’est assurer un revenu de subsistance à chacun et éviter les drames sociaux. Dans ce nouveau paradigme, le travail social se repositionne pour renforcer sa fonction d’accompagnement des personnes au détriment de sa fonction de contrôle, tandis que la simplification des prestations sociales rend le dispositif plus incitatif au travail. Enfin, l’universalité même de ce revenu permet de lever la stigmatisation dont sont victimes les bénéficiaires de minimas sociaux.

Le deuxième correspond à l’autonomie des personnes dans la définition de leur projet de vie. Du point de vue des gains monétaires, le revenu universel profite d’abord à ceux qui travaillent. Couplé à une stratégie de réduction du temps de travail, il leur offre la possibilité de négocier des temps partiels choisis pour se consacrer à ses proches (enfants, personnes âgées, en situation de handicap, etc.), à un engagement associatif, à un projet de création d’activités, à la formation continue, etc. Le revenu universel contribue donc au développement d’une société de multi-activités et à la reconnaissance des activités relevant du don. Ce changement de rapport au travail permettra également de lutter contre le développement des nouvelles pathologies professionnelles, à l’instar du burn out. C’est une invitation à l’épanouissement. Cela ne justifiera en aucun cas une réduction des salaires. Non seulement parce que ce revenu de subsistance et ce partage du temps de travail renforceront le rapport de forces des salariés vis-à-vis de leurs employeurs, mais aussi parce que Benoît Hamon propose une augmentation du SMIC, qui constitue la base de référence pour l’ensemble des salaires.

Le troisième, c’est bien sûr la redistribution des richesses. Recycler les dépenses de protection sociale (assurance maladie, chômage, retraites, etc.) ou les dépenses de services publics dans le financement du revenu universel, comme le proposent les libéraux, reviendrait bien sûr à accroître les inégalités. Benoît Hamon l’appuie au contraire sur :

  • une fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG avec la création d’au moins dix tranches,
  • la création d’un grand impôt du patrimoine intégrant notamment la taxe foncière, l’ISF,
  • la taxe sur les robots qui consiste à asseoir les cotisations patronales sur la valeur ajoutée plutôt que sur le travail,
  • la lutte contre l’évasion fiscale et la fraude aux cotisations sociales, adossée au rabotage des niches fiscales.

Cette grande réforme fiscale, en offrant un meilleur rendement à l’impôt tout en le rendant plus progressif, aura d’importants effets redistributifs sans être confiscatoire.

Dans la mesure où le revenu universel est un mécanisme de redistribution des richesses, il est fallacieux de l’aborder par son coût global. Il ne s’agit en aucune manière d’augmenter le budget de l’État mais d’organiser la redistribution des richesses, soit une circulation monétaire. La question réside donc plutôt dans le solde, à l’échelle individuelle, entre d’un côté, le revenu universel perçu, et de l’autre les impôts versés pour le financer. De ce point de vue, seuls les hauts revenus seront perdants.

  • Une fusée à trois étages

Benoît Hamon représente sous la forme d’une fusée à trois étages le la mise en place de sa réforme.

Il envisage, dans une première étape, le relèvement immédiat des minimas sociaux de 10%, leur automaticité pour lutter contre le non recours aux droits (1/3 des foyers susceptibles de bénéficier du RSA n’en font pas la demande) et la création d’un revenu universel au même niveau, sans conditions de ressources ni contreparties, pour les 18-25 ans. Les jeunes sont en effet aujourd’hui les plus mal couverts par le système de protection sociale puisque les minimas sociaux ne leur sont pas ouverts, sauf cas particuliers, de telle sorte qu’environ 20% des jeunes sont en situation de pauvreté. En plus de sécuriser les parcours et d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires de minimas sociaux, cette mesure permettra de renforcer l’autonomie des jeunes dans cette période cruciale de la vie où les choix importants se décident, et de favoriser leur insertion sociale et professionnelle.

Pour financer cette réforme d’un coût de 45 Md€, Benoît Hamon propose d’instaurer son nouvel impôt sur le patrimoine, fusionnant la taxe foncière et l’ISF, avec un prélèvement sur les actifs nets de 0.65%. Celui-ci s’appliquerait sur le patrimoine immobilier et financier des ménages comme des entreprises.

Ce revenu universel jeunes sera par ailleurs évalué et acquerra ainsi le statut d’expérimentation en vue, lors de la deuxième étape, d’une généralisation du dispositif à l’ensemble de la population. Une conférence citoyenne sera ainsi organisée en 2019 pour arrêter le périmètre des prestations incluses dans ce revenu universel : minimas sociaux, allocations familiales, aides au logement, etc. La troisième étape fixe une cible à 750€ pour le montant du revenu universel, sans toutefois préciser de calendrier, Benoît Hamon espérant la réaliser au cours du quinquennat mais se refusant à un engagement qui lui paraît trop aléatoire.

Benoît Hamon veut donc poser les bases d’une « nouvelle protection sociale adaptée aux insécurités de notre temps ». Plus qu’une simple réforme, il porte un véritable projet de société et un nouvel horizon pour l’émancipation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *