Serge Latouche : le « pape » de la décroissance

Né à Vannes (Bretagne) en 1940, Serge Latouche est un économiste spécialiste du développement. Coopérant international au Zaïre au milieu des années 1960, il y prépare sa thèse de sciences économiques sur La paupérisation à l’échelle mondiale, soutenue à Paris en 1966, dans laquelle il adopte une perspective marxiste et préconise la mise en œuvre d’un développement planifié appuyé sur le raccourci technologique pour mettre en œuvre le rattrapage économique des pays du Sud. Un « déclic » a cependant lieu lors d’une mission au Laos en 1966-1967 où il découvre des communautés villageoises qui n’accordent qu’une place périphérique au travail dans leur quotidien, fait d’un art de vivre social et écologique.

Ayant perdu sa « foi » dans le développement, il rentre en France au moment de Mai 68, qui lui fait une forte impression, avant d’être recruté à l’Université de Lille en 1971 où il entame une carrière universitaire achevée en 2000 à l’Université de Paris Sud comme Professeur émérite. C’est la première phase de sa pensée, qu’il présente comme son « chemin de Damas ». Donnant des cours de philosophie et d’épistémologie économique, il mène une réflexion de près de dix ans, nourrie par l’anthropologie économique (Mauss, Polanyi, Sahlins), qui le conduit à publier en 1979 sa Critique de l’impérialisme, où il ouvre une controverse au sein du courant marxiste sur la théorie léniniste de l’impérialisme pour procéder à la critique du développement, présenté comme une déculturation organisée par l’Occident.

Mais c’est dans les années 1980 que sa pensée prend un tour différent et entre dans une deuxième phase. Il participe au Mouvement Anti-Utilitariste des Sciences Sociales (MAUSS) dès sa fondation en 1981. Surtout, influencé par des auteurs critiques comme Cornelius Castoriadis, Ivan Illich ou encore François Partant, il dénonce le développement, son idéologie, son imaginaire et sa pratique, en 1986 dans Faut-il refuser le développement ?, puis en 1989 dans L’occidentalisation du monde. Au même moment se met en place toute une nébuleuse internationale anti-développement à laquelle il prend part avec des personnalités comme Majid Rahnema, Wolfgang Sachs, Vandana Shiva, Arturo Escobar, Jean Robert, etc., qui sont à l’origine en 1992 d’un ouvrage collectif, The Development dictionary. À partir des années 1990, soucieux de compléter la dénonciation par une énonciation, Serge Latouche enrichit ses travaux à la fois par l’intégration de la question écologique et par la quête de micro-alternatives au développement. Il publie ainsi en 1991 La planète des naufragés : essai sur l’après-développement, puis en 1998 L’autre Afrique : entre don et marché, où il explore, dans les marges, l’auto-organisation, la solidarité et la créativité des « naufragés » du développement qui survivent à la globalisation par la « sortie de l’économie ».

Dans une troisième phase, il fixe sa pensée sur le concept de décroissance, même si, en toute rigueur il préfère parler d’ « a-croissance », c’est-à-dire de la fin de la croyance en la croissance. La bifurcation a lieu en 2002 avec la convergence entre la mouvance anti-développement et les anti-pub, notamment regroupés dans l’association Casseurs de pub autour de Vincent Cheynet et Bruno Clementin. Les premiers sont à l’initiative d’un colloque à Paris sur le thème : « Défaire le développement, refaire le monde », tandis que les seconds publient un dossier dans la revue S!lence sous la bannière de la décroissance, qu’ils empruntent à l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen pour dénoncer l’imposture du développement durable. La jonction entre les critiques du Sud et du Nord s’opère en 2004 autour de la création du journal La décroissance. Serge Latouche devient alors le principal héraut et théoricien de ce mouvement en publiant en 2006 Le pari de la décroissance, où il propose de « décoloniser l’imaginaire » économique et de penser une « société de décroissance » à partir de la règle des « 8 R » : réévaluer, reconceptualiser, restructurer, redistribuer, relocaliser, réduire, réutiliser, recycler.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *