Revenu universel : les deux méthodes

Le revenu universel a eu droit à un nouveau buzz médiatique ces derniers jours. Sur le modèle allemand déjà approuvé, une association a lancé une opération de crowdfunding visant à financer un revenu de base de 1 000€/mois pendant un an à des personnes tirées au sort parmi des volontaires. Un chercheur est censé suivre les personnes bénéficiaires pour en faire une évaluation, mais cette démarche de pure communication n’a bien sûr aucune crédibilité scientifique. Comment tirer des conclusions d’une expérimentation qui n’est fondée sur aucune méthodologie? L’échantillonnage est bien évidemment trop circonscrit (quelques personnes tout au plus) et il n’est sélectionné sur aucune base sociologique, il n’y a aucune articulation entre ce dispositif et les autres ressources (revenus du travail ou du capital et prestations sociales) des personnes. Il a donc pour principale vertu d’alimenter le débat public sur le sujet du revenu universel.

Cela nous ramène en tout cas à la question de la meilleure manière d’introduire ce débat. Si l’utopie portée par Benoit Hamon lors de la Primaire socialiste a fait son succès, l’atterrissage qui l’a réduit à une simple mesure de pouvoir d’achat s’est terminé par un crash. C’est bien l’utopie qui a également fait le succès international de l’ouvrage de Rutger Bergman Utopies réalistes, qui relate l’histoire des expérimentations du revenu universel. Mais si l’utopie constitue le bon angle d’approche, la question demeure de savoir comment l’ancrer dans la réalité.

À ce stade du débat, j’imagine deux méthodes.

La première méthode consiste à porter l’ambition d’une élimination de la pauvreté absolue. C’est celle de la nécessaire réforme des prestations sociales. Le Revenu de Solidarité Active (RSA) relève clairement d’une forme de workfare à la française. Son inefficacité est notoire. On constate plus de 30% de non recours aux droits. L’allocation s’articule mal aux autres prestations sociales, elle n’est pas assez agile, s’adaptant difficilement aux évolutions de revenus et ayant des effets désincitatifs au travail sans pour autant sécuriser les personnes, elle constitue enfin une forme d’intrusion dans leur vie privée. Elle ne permet que faiblement de lutter contre la pauvreté et d’insérer sur le marché du travail. Une réforme est donc indispensable pour faciliter l’accès aux droits et accompagner les parcours des personnes. Quelques principes pourraient la guider:

  • la simplicité et la lisibilité des prestations, probablement par la fusion de certaines d’entre elles et des campagnes de communication, pour en faciliter l’accès et l’acceptation sociale,
  • un niveau de ressources suffisant pour couvrir les besoins fondamentaux (logement, alimentation, mobilité, etc.),
  • un caractère inconditionnel en matière de recherche d’emploi, non par opposition idéologique à la valeur travail, mais parce que les politiques d’activation sont contre-productives dans cette même recherche d’emploi (temps administratifs, estime de soi, etc.).

La seconde méthode consiste à porter un projet réellement universaliste, fondé sur notre commune humanité. Si le patrimoine est légitime quand il est accumulé à partir des revenus du travail, il ne l’est pas quand il est hérité ou résulte de formes de prédation économique. Il s’agit ici de renouer avec les premiers théoriciens du revenu universel, ceux du radicalisme britannique de la fin du XVIIIe siècle (Thomas Paine et Thomas Paine) ou ceux du socialisme utopique de la première moitié du XIXème siècle (Charles Fourier et Joseph Charlier). Dans des sociétés essentiellement agraires, ils partaient du postulat que la terre appartenait à tous et, qu’en conséquence, son appropriation privée était illégitime et justifiait des formes de prélèvements obligatoires affectés à une juste redistribution. Les effets de concentration du capital aujourd’hui – le 1% des mieux dotés détient 25% du capital en France, 34% aux États-Unis – justifient une grande réforme de la fiscalité du patrimoine. L’heure n’est pas à la diminution de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) mais bien à son augmentation et à son extension. Les recettes ainsi produites pourraient être affectées au financement de services publics et d’un revenu universel versé à tous sans condition de ressources. Le niveau de ce-dernier serait au départ insuffisant pour couvrir les besoins fondamentaux, mais il pourrait, d’une part être cumulé avec d’autres ressources (revenus, prestations sociales, etc.), et d’autre part monter en charge au fil du temps.

Dans les deux cas, c’est un « droit à vivre » qu’il s’agit de revendiquer, dans le premier au nom de la lutte contre la pauvreté dans le second de l’universalisme démocratique. Les deux méthodes sont différentes mais non contradictoires, puisqu’elles ont des objectifs différents. Elles peuvent même être conçues dans leur complémentarité. Quelque soit la méthode retenue au final, il est urgent de réintroduire ce débat sur le revenu universel, l’échec des mobilisations contre les ordonnances travail traduit autant une résignation qu’une absence d’alternative. Les utopies ont ceci d’utile qu’elles ouvrent un horizon des possibles, rendent pensables un projet collectif pour un autre futur. Reste à réussir l’atterrissage de l’utopie du revenu universel. Le réformisme a de l’avenir.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Laurent Berthet dit :

    La vision universaliste et humaniste d’un droit à vivre fondé sur la volonté de faire émerger une commune humanité apaisée, dans des sociétés où la valeur dominante est l’argent dans les représentations construites et imposées par le modèle dominant, est à ce jour la seule voie qui permette d’éradiquer la grande pauvreté. Elle amène à remettre en question l’accaparement de la propriété, qui n’est qu’une suite de violences et de dominations exercées par quelques-uns depuis des siècles, et un partage équitable des ressources et biens communs. Cela ne se fera pas sans lutte et combats. Mais personne aujourd’hui, politique, chercheur, militant, n’aborde frontalement cet aspect intrinsèquement lié à l’instauration d’un revenu universel émancipateur. Donc, la question de contre qui et contre quoi devons-nous lutter n’est jamais vraiment énoncée.

  2. Didstat dit :

    La première méthode n’est pas exclusive, elle permet à mon sens d’intégrer ces principes plus facilement, idees qui peuvent apparaître comme révolutionnaires pour le plus grand nombre. D’abord l’élimination de la misère et meme de la précarité puis une approche de l’universalisme…
    Belle réflexion .
    Un point crucial : ne pas s’écarter de la valeur travail tout en prenant en compte la nécessaire évolution de la société en partageant les richesses au mieux tout en réformant les acquis sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *