Le football est-il compatible avec l’économie sociale?

En ces temps de Coupe du Monde de football, je ressors une brève publiée en 1991 dans le n°494 de la Lettre de l’économie sociale qui signale la proposition de Patrick Battiston de reprise du club des Girondins de Bordeaux en Scop alors qu’il est menacé de relégation administrative en raison de son déficit budgétaire.

« Signalons enfin, dans le FIGARO du 4 avril, alors que l’équipe de football de Bordeaux se débattait dans les pires difficultés, l’avis d’un joueur bien connu de l’équipe: »Pour Patrick Battiston, lorsqu’on est salarié d’une entreprise et que celle-ci traverse des moments très difficiles, on ne peut pas rester les deux pieds dans le même sabot. On doit donc tenter de trouver une solution. Cette solution pourrait être la création d’une SCOP. Les joueurs verseraient au club une partie de leur indemnité pour assurer la pérennité de leur objet de travail: ceux qui, bien évidemment, se sentent concernés par l’avenir de leur club, car il est évident que les joueurs qui seront en fin de contrat à l’issue de la saison partiront. À la fin de son contrat, le joueur qui aura investi dans son club pourra récupérer son argent. Il s’agit d’une solution, certes, inédite dans le monde du football ou du sport professionnel en général, mais couramment employée dans les affaires. Conséquence de cette solution: les joueurs auront enfin leur mot à dire dans la gestion du club… »

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *