Qu’est-ce-que la deuxième gauche radicale?

Dans l’article publié sur mon carnet de recherche, au lendemain de l’annonce de candidature de Benoît Hamon, j’ai tâché d’inscrire sa trajectoire politique  dans l’histoire du socialisme pour en saisir le sens.

Deux lignes de force s’y croisent. D’une part, sa fidélité à la deuxième gauche, d’abord à Michel Rocard, puis à Martine Aubry. D’autre part, son engagement à l’aile gauche du Parti socialiste. J’ai proposé de désigner ce syncrétisme par le concept de « deuxième gauche radicale ».

Je souhaite apporter ici des éclairages complémentaires sur son contenu.

14055019_10154478877247264_6861196331296112881_n

1. La deuxième gauche en héritage

Au Congrès de Nantes du Parti socialiste, en 1977, Michel Rocard lance le débat sur les « deux cultures » politiques de gauche. Il y plaide en faveur de la « deuxième gauche, décentralisatrice, régionaliste, héritière de la tradition autogestionnaire, qui prend en compte les démarches participatives des citoyens, en opposition à une première gauche, jacobine, centralisatrice et étatique ». Cette culture autogestionnaire se traduit de la sorte par un double mouvement de décentralisation de l’Etat et d’affirmation de la société civile.

La deuxième gauche apparaît à la fin des années 1950 dans le rejet du totalitarisme, de la guerre d’Algérie, du ralliement au général de Gaulle et de la Ve République. Le Parti socialiste unifié (PSU) lui offre un débouché à partir de 1960. Au confluent des courants socialistes, communistes, trotskystes, radicaux et chrétiens de gauche,  c’est une nouvelle gauche qui reformule les clivages traditionnels. Elle propose un dépassement du couple en tension réforme/révolution en articulant des propositions réformatrices à des mouvements sociaux. C’est ainsi que, dans un contexte de haute croissance et d’extension de l’État social et dans une perspective post-matérialiste, elle ajoute au conflit central travail/capital des conflits périphériques au travers d’une multiplicité de nouveaux mouvements sociaux : femmes, jeunes, immigrés, homosexuels, écologie, régions, participation, etc. L’utopie autogestionnaire de Mai 68 lui sert de catalyseur.

Benoît Hamon appartient à la deuxième génération des mouvements antiraciste et de jeunesse. Il fait son entrée dans le champ politique dans la deuxième moitié des années 1980 après avoir milité à SOS Racisme puis participé à la mobilisation étudiante contre le projet de loi Devaquet. Militant socialiste de la fédération de Bretagne, il se forme dans le creuset du rocardisme. Non plus le rocardisme des années 1970, celui des luttes sociales, mais celui des années 1980, après le tournant de la rigueur et l’épreuve du pouvoir, celui des réformes correctives d’adaptation au capitalisme, comme le revenu minimum d’insertion (RMI). Après s’être fait remarquer à la tête du Mouvement des jeunes socialistes, pour lequel il a obtenu l’autonomie – c’est-à-dire la liberté de désigner ses responsables et de définir son orientation politique -, il intègre le cabinet de Martine Aubry au ministère de l’Emploi et de la Solidarité. Dans le coeur du réacteur, il contribue, comme conseiller politique, à la mise en oeuvre des emplois jeunes et des 35h. De ce parcours dans les réseaux de la deuxième gauche, Benoît Hamon conserve deux traits : une attention portée aux mouvements sociaux et une culture réformiste qui reconnait l’action étatique.

2. La gauche radicale comme émancipation

L’élimination de Lionel Jospin et la présence du Front national au deuxième tour de l’élection présidentielle en 2002 le conduisent à participer à la création du Nouveau parti socialiste (NPS), qui explique cette défaite par l’abandon de sa base populaire par le PS. Devenu l’une des figures de l’aile gauche du Parti socialiste, aux côtés d’Henri Emmanuelli, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Julien Dray, il critique le social-libéralisme et en appelle à une Europe sociale et à une VIe République. Il fait campagne pour le Non au référendum sur la Constitution européenne de 2005 puis, comme député européen, il est l’auteur de deux rapports du Parlement européen, d’inspiration altermondialiste, visant à réguler la finance internationale, l’un en 2006 sur la révision stratégique du Fonds monétaire international (FMI), l’autre en 2009 sur les paradis fiscaux et le secret bancaire. Sorti des rangs de la deuxième gauche, Benoît Hamon bifurque ainsi vers la gauche radicale, où il conquiert son autonomie politique.

La gauche radicale est née en Europe occidentale sur les décombres de l’effondrement du bloc communiste, dans un contexte d’hégémonie du liberalisme culturel, de la mondialisation dite « heureuse », du capitalisme actionnarial, de l’éclatement du salariat et de l’essor des préoccupations écologiques. Elle se caractérise par la perte de centralité des partis communistes, l’absence d’inféodation à un pays étranger et la pluralisation des intérêts représentés (classes populaires, mais aussi classes moyennes intellectuelles). Décantée dans le mouvement altermondialiste qui émerge dans la deuxième moitié des années 1990, elle est modelée par l’européanisation des questions économiques et sociales.

La gauche radicale offre un espace de recomposition à la division traditionnelle entre communistes et socialistes. C’est un lieu de convergence entre des communistes orthodoxes, la gauche de la social-démocratie, des partis rouges-verts et d’extrême gauche révolutionnaire. Si la critique du capitalisme continue de structurer la gauche radicale, si les organisations d’encadrement populaire (syndicats, associations) l’alimentent encore, son agent de la transformation sociale n’est plus le prolétaire, mais le citoyen. Elle s’ouvre ainsi aux revendications de la nouvelle gauche en faveur des droits des minorités, de l’écologisme ou encore de la démocratie participative. La question démocratique y est centrale, de même que le combat culturel – entendu comme une stratégie d’hégémonie dans le vocabulaire gramscien – dans le champ de la démocratie représentative.

3. Vers une deuxième gauche radicale

Le concept de « deuxième gauche radicale » peut donc s’entendre de deux façons.

D’une part, c’est une « deuxième gauche » radicale. Benoît Hamon radicalise les thèmes de la deuxième gauche en renouant avec l’héritage du PSU des années 1970 :

  1. La question politique : la critique de la Ve République devient le projet d’une VIe République qui renforce le Parlement, diversifie sa représentation et reconnaît les initiatives citoyennes.
  2. La question sociale : le RMI, qui a généralisé un régime d’assistance pour éradiquer la pauvreté à côté du système assurantiel, sans remettre en cause la centralité de la valeur travail, est remplacé par la réduction du temps de travail, le développement des nouvelles formes d’entrepreneuriat et la création d’un revenu universel d’existence qui vise, à la fois, à apporter une réponse au chômage technologique et à libérer les citoyens de la lutte pour la survie attachée au travail,
  3. La question écologique : les luttes environnementales du PSU, dans le Larzac ou contre le nucléaire, se traduisent désormais par la dénonciation du culte de la croissance économique infinie, qui justifie le sacrifice des droits sociaux et de l’environnement,
  4. La question culturelle : plutôt que glisser vers les thèmes identitaires/sécuritaires, Benoît Hamon reprend la revendication écologiste de dépénalisation du cannabis, au nom de la protection des mineurs et de la lutte contre les traffics.

D’autre part, c’est une deuxième « gauche radicale ». Benoît Hamon provient de la social-démocratie, même s’il s’est construit à sa gauche. Aussi reformule-t-il la stratégie d’union de la gauche en défendant le principe d’une primaire unique de toutes ses composantes. De culture réformiste, conscient que l’accès au pouvoir suppose le rassemblement, il refuse d’avaliser l’idée qu’il y aurait « deux gauches irréconciliables ».

La gauche radicale de Benoît Hamon est donc moins sévère avec la social-démocratie. S’il s’en différencie sur les questions économiques et sociales, son courant politique ayant refusé de cautionner le pacte budgétaire européen, le pacte de responsabilité ou la loi travail, il refuse d’en dénoncer d’un bloc son bilan.

La deuxième gauche radicale propose donc une offre politique inédite, c’est un synchrétisme entre la deuxième gauche et la gauche radicale. À la fois réformiste et liée aux mouvements sociaux, elle défend un projet de transformation sociale et de rénovation démocratique. Positionnée au point de jonction entre la social-démocratie et la gauche radicale, elle ambitionne d’être le centre de gravité d’une plateforme commune. Mais les tensions internes à la gauche et les rigidités institutionnelles n’y feront-elles pas obstacle ?

 

Repères bibliographiques:

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Antoine Détourné dit :

    Cher Timothée,
    Il manque à mon avis deux teintes à l’esquisse que tu as le mérite de commencer à tracer et qui a vocation à remise sur le travail car il me semble bien que c’est le but de ce papier.
    1. La référence consciente ou non, mais en tout cas constante à Gramsci.
    On la retrouve très clairement dans la préoccupation ancienne déjà pour la « bataille culturelle » qui n’est pas qu’une bataille dans la culture mais bien au-delà. La contestation de l’hégémonie néo-libérale à travers ses différentes formes et les combats menés contre ses différentes représentations dans la société civile ou au sein même de l’appareil d’Etat en attestent. De là découle ainsi un style d’exercice du pouvoir ou du gouvernement très soucieux d’ouvrir des espaces de débat, de délibération et de confrontation qui ont marqué les lois ESS et consommation derrière un discours volontairement performatif et permanent : « celui de rendre le pouvoir aux gens »… d’ailleurs en conclusion de son discours d’annonce de candidature. On peut y voir une attention minutieuse aux rapports de force et aux points d’équilibre que leur confrontation permet et qui émaillent ces lois. Il y a certainement là une recherche de dépassement de l’ordre néo-libéral autoritaire, non pas par l’imposition d’un bloc intellectuel directement substituable mais bien par la transition organisée autour de l’émergence d’un imaginaire et d’une adhésion vers un idéal en construction. Notons enfin que cette recherche du consentement s’appuie par une attention rare (en France du moins) aux sciences sociales et tous ce qu’elles peuvent apporter à la transformation sociale, et ce par opposition à une paresse, un conformisme et un enfermement intellectuel qui caractérise si bien l’oligarchie.
    2. Le rapport au temps
    Une des originalités de la deuxième gauche radicale, notamment par rapport à la social-démocratie réside probablement dans la remise en avant de l’idéal de société, de l’horizon indiqué, et donc du sens de l’action politique. Le discours s’inscrit systématiquement dans une logique d’anticipation si ce n’est de maîtrise des grandes évolutions de notre société. Le cas des mutations technologiques l’illustre assez bien avec un balancement entre d’un côté la prévention des risques notamment du numérique sur le rapport au travail et une forme d’enthousiasme que l’on retrouve autour des civic techs. De même sur l’ESS, c’est la capacité à faire système à terme de certaines initiatives balbutiantes qui est recherchée derrière le slogan de « l’économie altruiste ». Cette capacité à sortir de l’immédiat (sans pour autant l’ignorer) dénote dans le débat politique actuel. Sans doute faut-il y voir la volonté de renouer avec la notion quasi-oubliée « d’expérience socialiste » (d’où le reproche adressé à l’impuissance volontaire et à l’absence d’essai de solutions originales durant ce quinquennat) … nourrie jadis à la fois des innovations sociales et du travail nouveau des prospectivistes… et plus que jamais à redécouvrir pour la prolonger un jour prochain.
    Antoine Détourné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *