L’économie sociale et solidaire, Un incubateur d’innovations sociales pour protéger la société

logoprixessbleuLa société est en danger

 

Notre société est en danger. Minée de l’intérieur par ses divisions, entre un système de protection social qui ne fédère plus, renvoyant à la stigmatisation des « assistés », et une peur de l’autre, cristallisée dans la figure des « migrants ». Le mécanisme du bouc-émissaire marche à plein, tandis que le débat public est phagocyté par le couple thématique identité/sécurité.

 

Cette crise marque la fin d’un cycle, ce moment d’incertitude entre le vieux monde qui se meurt et le nouveau qui tarde à naître. Le compromis social de la Libération est aujourd’hui brisé par la fin de la croissance économique, qui rencontre ses limites sociales et écologiques. C’est tout l’État-providence qui est ébranlé, menacé tant par l’abstention que par le vote d’extrême droite, symptômes de l’impuissance politique à protéger la société.

 

L’ESS, pionnière de l’action publique

 

Dans ce contexte, l’économie sociale et solidaire (ESS) a un rôle crucial à jouer. Elle-même est prise entre deux tentations : celle du repli sur ses intérêts privés, de sa banalisation, de son assimilation aux règles du marché, et celle d’une ouverture à l’intérêt général, de la définition de sa contribution à la société. Parfois taxée de marier la carpe et le lapin – quoi de commun entre une Spanghero et l’AMAP près de chez soi ? –, ou de n’être qu’un oxymore – l’économie peut-elle être sociale ? – elle n’en est pas moins en première ligne pour défricher les possibles. C’est une pionnière qui repousse sans cesse les frontières, un aiguillon permanent de l’action publique.

 

L’économie sociale et solidaire combine en effet l’activité économique à un groupement de personnes plutôt que de capitaux. Ses acteurs s’appuient sur les trois piliers de la non lucrativité – ou lucrativité limitée –, de la gestion démocratique et de l’utilité sociale. Pris dans l’équilibre des rapports triangulaires entre l’État, le marché et la société civile, ils restaurent le pouvoir d’agir des citoyens et créent de nouvelles régulations pour protéger la société. Débordé par en haut avec l’européanisation et par en bas avec la décentralisation, l’État n’a plus le monopole de l’intérêt général, désormais co-construit par des acteurs multiples.

 

Inventer de nouvelles régulations

 

Les coopératives, les mutuelles et les associations – le tryptique de l’ESS – sont en première ligne d’une offensive solidaire pour répondre aux nouvelles aspirations, à l’érosion du salariat et aux menaces écologiques. Les sociétés coopératives d’intérêt collectif relèvent le défi démocratique de la gouvernance multipartenariale autour de projets communs, les coopératives d’activité et d’emploi offrent la sécurité d’une couverture sociale et les avantages de la mutualisation aux créateurs d’entreprises, les mutuelles de village répondent aux besoins sociaux des personnes qui renoncent à une complémentaire santé, les ressourceries repensent nos modes de consommation avec le réemploi des objets, les groupements d’employeurs amènent des compétences aux entreprises tout en déprécarisant les salariés. Et combien d’autres initiatives mériteraient-elles d’être citées dans les domaines de l’alimentation, l’habitat, l’éducation, l’insertion, le développement social, la finance, la monnaie, l’énergie, les déchets, etc. ?

 

À la fois réparatrice et transformatrice, l’économie sociale est solidaire, elle régénère le tissu des rapports sociaux. L’action publique peut y puiser pour se ressourcer et protéger la société. Reste à impulser une convergence entre la solidarité de réciprocité de l’ESS et la solidarité de redistribution de l’État, une alliance entre les acteurs sociaux et les acteurs publics. Ne peut-on imaginer une politique publique qui généralise les mille créativités solidaires, innovations sociales, utopies concrètes de l’ESS ? L’invention de la Sécurité sociale il y a 70 ans doit beaucoup aux mutuelles, la réinvention de notre modèle social trouvera sa source d’inspiration dans l’économie sociale et solidaire.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *