5 raisons pour lesquelles je soutiens Benoît Hamon

img_0397Je soutiens pleinement la candidature de Benoît Hamon à l’élection présidentielle. Il incarne mes idées politiques, au point d’équilibre entre la social-démocratie et la gauche radicale. À la fois héritier des mouvements autogestionnaires des années 1970 et porteur d’une méthode réformiste, il plaide pour un authentique projet de transformation sociale.

  1. Un discours de vérité pour ne plus se laisser bercer par les illusions des « Trente glorieuses »

Les candidats conservateurs revendiquent souvent un discours dit de vérité synonyme d’intangibilité du réel, comme si la vérité d’aujourd’hui était celle de demain. Il existe une autre manière de concevoir le rapport à la vérité. Selon l’adage de Jean Jaurès, il convient « d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ». C’est toute l’ambition de Benoît Hamon quand il reconnaît la fin de la croissance économique, en forte décélération depuis 40 ans. Loin d’en tirer la conclusion de temps sombres à venir, il en positive l’issue. Les limites écologiques constituent une opportunité pour repenser l’organisation de la société, à mille lieux du mythe de la croissance infinie, prétexte à ne rien changer.

  1. La réaffirmation de la question sociale sur la question identitaire

Le débat public est aujourd’hui structuré par le couple identité/sécurité. Cela tient à des réactions tant aux réformes culturelles engagées par le gouvernement socialiste – à l’instar du mariage pour tous – qu’au risque terroriste qui monopolise l’attention des médias depuis les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, sans éviter les confusions malsaines et entretenues avec l’immigration. Benoît Hamon refuse de tomber dans le piège et préfère rouvrir le front social et mener le combat idéologique plutôt que de laisser un boulevard à l’extrême droite. Cela l’amène à répondre invariablement, d’une part que la République a failli en consentant à l’installation de ghettos sociaux sur ses territoires, et d’autre part que la laïcité est un principe de paix sociale et non de guerre contre les minorités religieuses.

  1. Le revenu universel pour transformer la société

Confrontés à un système de protection sociale qui ne fédère plus, beaucoup prônent pour son démantèlement, quelques uns pour un statu quo défensif, très peu pour sa consolidation. Analysant les mutations du salariat dues à la robotisation et au numérique, Benoît Hamon refuse d’acter la libéralisation du marché du travail symbolisée par la loi El Khomri. Il est au contraire offensif en promouvant la création d’un revenu universel d’existence qui garantisse à chacun le droit à une vie digne et autonome, en complément de la Sécurité sociale. En l’agençant à une réduction du temps de travail, à une reconnaissance de toutes les formes d’engagement (syndicalisme, associations, économie sociale et solidaire, politique, etc.) et à un droit universel à la formation tout au long de la vie, il défend une société du plein emploi et de la pluri-activité.

  1. L’écologie est une question sociale

Dans la plupart des programmes, les candidats ajoutent un supplément écologique comme on se donne un supplément d’âme, dans le but de siphonner des voix aux Verts. Chez Benoît Hamon, l’écologie n’est pas un simple additif, elle occupe une position matricielle. Considérant que les problèmes environnementaux impactent d’abord les classes populaires, il définit un véritable écosocialisme. conteste les accords internationaux de libre-échange et défend la transition énergétique, un plan national zéro déchet, le développement du bio, de l’agroécologie et de l’autonomie alimentaire, ainsi que la sanctuarisation des biens communs (air, eau, sols). L’antiproductivisme de Benoît Hamon s’appuie de la sorte sur la perte de la foi en la croissance et l’essor des valeurs post-matérialistes préférant une société du bien vivre à une société de la consommation.

  1. La VIe République pour revitaliser la démocratie

À l’heure où la République est malade, partagée entre l’abstention et le vote d’extrême droite, double conséquence d’un sentiment d’impuissance démocratique, Benoît Hamon veut démocratiser la politique. Il propose d’en rénover le fonctionnement, en redonnant du pouvoir au Parlement face à l’exécutif avec une forte limitation de l’article 49-3 et des ordonnances, un nouveau rôle de garant de l’équilibre des pouvoirs du Président de la République élu pour un septennat unique, mais aussi une plus forte représentativité politique en interdisant le cumul des mandats dans le temps, en reconnaissant le vote blanc et en introduisant une dose de proportionnelle dans l’élection des députés. Il entend également renforcer la capacité d’initiative des citoyens, qui pourront participer à l’élaboration de la loi et à la répartition du budget et soumettre des propositions de loi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *