Voter Benoit Hamon, c’est faire battre le coeur de la France avec une République de l’économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire repose sur trois piliers : la gouvernance démocratique, le but non lucratif et l’utilité sociale. L’innovation sociale lui est consubstantielle. Proche des territoires, elle en capte les signaux faibles et imagine des réponses nouvelles aux besoins sociaux non ou mal satisfaits. A l’opposé de la doxa libérale, avec l’ESS, there are many alternatives : circuits courts, tiers lieux, ressourceries, épiceries solidaires, habitats participatifs, coopératives d’activités et d’emploi, groupements d’employeurs, transition énergétique citoyenne, insertion par l’activité économique, finance solidaire, monnaies locales…

L’économie sociale et solidaire, qui pèse 10% des emplois et aux alentours de 7% du PIB en France, est un creuset de créativités pour les transitions sociales, écologiques et démocratiques. Benoit Hamon en a été le ministre de 2012 à 2014. Il est à l’origine de la loi historique du 31 juillet 2014 reconnaissant l’économie sociale et solidaire pour la faire changer d’échelle avec une stratégie de « pollinisation » et un rôle de catalyseur d’alternatives.

La loi reconnait l’ESS comme un « mode d’entreprendre autrement », qui comprend les coopératives, les mutuelles, les associations, les fondations et les entreprises solidaires d’utilité sociale (ESUS) agréées par l’Etat. Parmi les principales mesures prises, citons le rétablissement d’une délégation interministérielle dédiée, l’obligation pour les Régions de consacrer un volet à l’ESS dans leurs schémas économiques, l’adoption par les grandes collectivités territoriales d’un schéma des achats responsables pour activer le levier de la commande publique et le lancement de deux appels à projets de pôles territoriaux de coopération économique pour renforcer la structuration locale de l’ESS. Plusieurs fonds de financement, comme le programme d’investissement d’avenir ou le fonds d’investissement dans l’innovation sociale, sont également mobilisés.

Pour aller plus loin, Benoit Hamon propose aujourd’hui un « pacte d’intérêt général » à l’économie sociale et solidaire autour de trois axes :

  • L’économie sociale et solidaire au service de la justice sociale avec un service public de la petite enfance, un plan national de renouvellement urbain pour les quartiers populaires, la création de fabriques de culture et d’universités populaires sur tous les territoires, l’appui à l’entrepreunariat culturel, la mise en place d’un fonds d’innovation sociale et démocratique, la valorisation du bénévolat, le développement du sport sur ordonnance, ainsi que le soutien à l’aide et aux soins à domicile et la création de places d’accueil pour les personnes âgées et/ou en situation de handicap.
  • L’économie sociale et solidaire au service de l’emploi avec la revalorisation des dispositifs nationaux de l’insertion par l’activité économique, la généralisation des « Territoires zéro chômeur », le développement des coopératives d’activités et d’emploi, des groupements d’employeurs, des tiers lieux et des reprises en SCOP.
  • L’économie sociale et solidaire au service de la transition écologique avec un développement de l’économie circulaire, des énergies renouvelables et citoyennes et de l’agriculture biologique et de proximité.

Tous les outils disponibles seront mobilisés, les programmes d’investissement, la fiscalité, la commande publique et la finance solidaire. Benoit Hamon veut créer 500 000 emplois et reconnaître la place centrale de l’économie sociale et solidaire dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques.

Dans la tradition du socialisme démocratique, de Louis Blanc à Michel Rocard en passant par Jean Jaurès, Benoit Hamon entend conclure une alliance entre les acteurs socio-économiques et la puissance publique pour agir ensemble à la production du bien commun, du bien vivre et de la solidarité. En ouvrant l’horizon d’un futur désirable, il porte le projet d’une authentique République de l’économie sociale et solidaire pour faire battre le cœur de la France.

Voilà pourquoi j’ai signé cette tribune des acteurs de l’ESS en soutien à sa candidature : http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/381/tribune_refonder_le_pacte_dmocratique_par_lconomie_sociale_et_solidaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *