Note de lecture de “L’invention du revenu de base” par Alain Caillé pour la revue du MAUSS

Alain Caillé, “Bibliothèque”, Revue du MAUSS, 2019/1, n°53, p.447.

Duverger Timothée, L’Invention du revenu de base. La fabrique d’une utopie démocratique, Le Bord de l’eau, Lormont, 2018, 149 p., 14 euros.

Sur la question ce qu’on appelle, depuis peu en France, le revenu universel, voilà LE livre à ne pas manquer. Non pas sur le chiffrage des différentes formules possibles, sur le montant qu’elles allouent aux bénéficiaires ou sur leur coût pour l’État (il est assez discret sur ce point), mais sur l’idée même, ou, plutôt sur son histoire. Et là, on apprend énormément de choses. Habituellement, dans la discussion sur le sujet, on cite le précurseur, Thomas Paine, le philosophe contemporain qui en a proposé la formulation la plus radicale et la mieux argumentée, Philippe Von Parijs, plus quelques autres au gré des affiliations ou des sympathies de chacun, et on se rappelle des propositions avortées de Benoît Hamon et de la façon dont elles ont soudain changé au cours de sa campagne, ce qui n’a pas vraiment contribué à son succès.

Mais, grâce à Timothée Duverger et à son érudition jamais ennuyeuse, on découvre que l’idée a été formulée de très nombreuses fois, en France avec Charles Fourier, Victor Considérant ou Joseph Charlier, en Angleterre, avec Bertrand Russell, Dennis Milner ou le Majour Douglas, les socialistes de la guilde, George D. H. Cole et le keynésien James Meade ou Julier Rhys-Williams, jusqu’à Milton Friedman aux États-Unis, pour rebondir en France avec Yoland Bresson, le MAUSS (pas oublié, sauf le premier numéro sur ce thème, le n° 23 du Bulletin du MAUSS, 4e trimestre 1987, « Du revenu social : au-delà de l’aide, la citoyenneté ? »), puis André Gorz et d’autres. Comme le phénix, l’idée renaît sans cesse de ses cendres. Elle séduit un temps puis se voit abandonnée en raison de son coût ou des risques de désocialisation qu’elle est supposée induire, pour réapparaître lorsque les risques de socialisation bien réels, produits par le chômage de masse deviennent trop évidents. Gageons qu’un débat sérieux sur le bon montant à accorder et sur les conditions auxquelles le revenu de base serait susceptible de conduire à une (re)socialisation active et dynamique ne pourra plus être esquivé longtemps.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.